Bilan

Quand les biens de luxe se vendent aux enchères

Une vente au plus offrant s'est déroulée mi-avril pour la cinquième fois en Suisse. Elle concernait un chalet de prestige à Verbier. Coup de projecteur sur les avantages de ce système.

Le château de Bavois a changé de propriétaire en 2018: la publicité autour de sa mise aux enchères a poussé un riche Vaudois à faire une offre d’achat.

Crédits: DR

Du 16 au 21 avril, la plateforme de Concierge Auctions a accueilli la cinquième vente aux enchères d’un bien situé en Suisse, celle du chalet Maurine à Verbier (VS). Voilà deux ans déjà, un autre chalet bagnard avait été proposé volontairement aux enchères. Il s’était finalement vendu 4,25 millions d’euros, juste avant la tenue des enchères. Cette mise en vente particulière avait en effet servi de déclic pour que l’acquéreur finalise son offre et que la transaction aboutisse le 9 avril 2018. Sans la fixation d’un intervalle de temps précis pour recueillir les enchères et finaliser une vente, ce chalet n’aurait pas été acquis juste avant.

Il s’agissait alors de la seconde vente de ce type, organisée via la plateforme internationale Concierge Auctions, en partenariat, à l’époque, avec Naef Prestige Knight Frank. La première vente aux enchères concernait le «château de Promenthoux» à Prangins (VD) et s’était finalement tenue le 14 septembre 2017, après une première date fixée au 15 juin 2017 (lire l’ImmoLuxe No 27, été 2017). Construite en 1896 par Jean-Philippe Worth – le fils du créateur de mode parisien Charles Frederick Worth, connu comme «le père de la haute couture» –, cette résidence de 1300 m2 se trouve sur un terrain bordant le lac Léman d’une surface de 3,7 hectares. Ce sont plus de 1500 demandes qui se sont succédé dès le lancement du processus en mai 2017, lesquelles ont abouti à l’organisation de 44 visites.

La vidéo, tournée à l’occasion de cette vente, a été visionnée par plus de 84 800 personnes établies dans plus de 110 pays. Au final, 12 enchérisseurs qualifiés avaient activement participé aux enchères, lesquelles ont été remportées par Christian Latouche. Cet expert-comptable girondin est devenu l’une des plus grosses fortunes de France, grâce au succès phénoménal remporté par son groupe, Fiducial. Précisons que le montant final de la transaction a fait l’objet d’une clause de confidentialité, mais constituait l’une des plus importantes ventes de la région cette année-là.

Edifié en 2010 et offrant des prestations haut de gamme, le chalet Maurine à Verbier a été vendu aux enchères mi-avril. (DR)

Située sur la commune de Prangins, cette demeure offre aujourd’hui à son nouvel acquéreur 1300 m² d’aménagements sur quatre étages: cinq salles de réception d’une superficie équivalente à une salle de bal, huit chambres, six salles de bains, plusieurs cuisines, une bibliothèque, un bureau et des logements séparés pour le personnel. La bâtisse possède également de nombreux balcons à la vue spectaculaire sur le lac, le tout implanté dans un magnifique parc doté d’une arborisation aux essences séculaires et agrémenté d’un étang alimenté par un ruisseau. Sa rareté s’explique également du fait de son port privé, avec un amarrage sous la demeure elle-même. «La vente de ce domaine historique du XIXe siècle marque la plus grande vente de l’histoire de l’entreprise ainsi que notre première transaction en Suisse», déclarait alors Charlie Smith, spécialiste immobilier de la société Concierge Auctions.

Second château

Après le château de Promenthoux, puis le chalet de Verbier, la troisième vente est intervenue en octobre 2018, soit peu après le processus initié par la vente en ligne du 28 juin 2018. L’acquéreur, un Vaudois qui fabrique et distribue des médicaments pour animaux, nous avait alors déclaré: «Le tapage qu’a fait Concierge Auctions m’a rappelé que le château de Bavois était à vendre. Je n’ai pas eu envie de participer aux enchères. J’ai néanmoins transmis une offre». Il a rencontré le vendeur, Thierry Lombard, et ils se sont finalement mis d’accord en octobre 2018. Le banquier avait acquis en 1987 ce château qui remonte au XIIIe siècle en souvenir des liens de sa famille avec le Nord vaudois.

En 2017, 12 enchérisseurs qualifiés étaient en concurrence pour décrocher le «château de Promenthoux» à Prangins. C’est finalement l’homme d’affaires français Christian Latouche qui l’a emporté, pour un montant resté confidentiel. (DR)

Enfin, signalons une quatrième vente intervenue le 28 septembre 2020. Elle concerne un chalet à Gstaad situé sur une parcelle de 3287 m2. L’acquéreur, un Français domicilié à Genève depuis quelques années, avait fait une offre avant la vente en ligne.

Les critères du succès

Quels sont les principaux critères qui font et feront le succès de cette formule originale? Premier critère: l’emplacement du bien à vendre. Dans le cas du second chalet vendu récemment à Verbier, ce dernier se situe au centre du village, entre la place Centrale et la télécabine de Medran. Second critère: l’attractivité du lieu. Celle de cette station ne semble pas baisser. De récentes études internationales indiquent que Verbier a été élu meilleure station de ski de Suisse ces deux dernières années. Signalons que les prix au mètre carré pour des biens de prestige se situent à près de 22 000 euros (source: Prime Price). Verbier bénéficie d’une connexion directe avec le domaine des 4-Vallées. Troisième critère: la qualité du bien. Le chalet Maurine, édifié en 2010, offre des prestations haut de gamme. Ainsi, son quatrième et dernier étage est doté d’un grand salon et d’une salle à manger ouverts avec une cuisine bien équipée et une cheminée en pierre naturelle. Le plafond voûté s’élève au-dessus, accentué par des portes-fenêtres du sol au plafond et des poutres apparentes rustiques. Un jacuzzi se trouve sur la terrasse ensoleillée orientée au sud. Les enfants peuvent profiter du deuxième salon, un étage plus bas. Il compte huit chambres, et un ascenseur dessert tous les étages, y compris l’espace bien-être dédié avec un hammam.

«Le système de la vente aux enchères volontaires est un outil très puissant pour les vendeurs. Cela met la pression sur les courtiers et les acheteurs potentiels. Pour que cela fonctionne, il faut que ce soit un objet unique», rappelle Guive Emami, directeur chez Swissroc Properties. Parmi les avantages de cette formule: c’est un moyen de garantir la date de la vente, dans un délai rapide, sûr et transparent. «Le vendeur a davantage de contrôle. Habituellement, les propriétaires essaient d’abord par le biais traditionnel. Cela leur permet de tester le marché. Puis, quand ils ne sont pas pressés de vendre, l’outil de la vente aux enchères peut s’avérer très pertinent.»

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN DE 2019 A 2021

Lui écrire

Serge Guertchakoff a été rédacteur en chef de Bilan de 2019 à 2021, et est l'auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019, avant de céder la place à Julien de Weck à l'été 2021.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."