Bilan

Le château Le Rosey est mis en vente

Pouvoir s’offrir un domaine médiéval vaudois, rénové avec soin et doté d’un vignoble d’exception, n’est pas fréquent.

Le château, estimé à 35 millions de francs, s’étend sur une parcelle de 7633 m2.

Crédits: le rosey

Celui ou celle qui pourra s’offrir ce «petit» bijou estimé à 35 millions de francs sera chanceux. En effet, son propriétaire actuel, l’architecte Pierre Bouvier, a magnifiquement restauré ce lieu plein de charme. Il cadre son cachet unique lié à son histoire, tout en offrant un confort optimal et haut de gamme. Cette restauration des plus raffinées s’est étalée sur la période s’étendant de 2000 à 2007. Elle a été effectuée avec l’aval de la section monuments et sites chargée de la protection et de la conservation du patrimoine bâti dans le canton de Vaud, mais sans aucun subside. Bien que portant la note 1 à l’inventaire, le château Le Rosey n’est cependant pas classé.

Situé sur les hauteurs du charmant village de Bursins, qui lui-même domine La Côte, ce château conserve quelques traces du XIIIsiècle: un vestibule qui arbore sur ses deux clés de voûte les armoiries des De Senarclens (trois éperons) d’un côté et de l’autre celles des de Senarclens et des De Benoît (trois éperons et trois roses), mais aussi plusieurs cheminées gothiques, des plafonds à poutres sculptées, des fenêtres à accolades et de remarquables portes «Renaissance» de chêne sculpté. 

Une longue histoire

Bursins entre dans l’Histoire en 1011 lorsque Rodolphe III, roi de Bourgogne, fait don de son église au prieuré de Romainmôtier. Les convoitises des seigneurs voisins poussent les abbés à protéger la chapelle en érigeant une maison forte qui sera achevée en 1260. Les premiers écrits mentionnant nommément le château datent de la fin du XVe siècle. Son propriétaire se nomme alors Pierre de Benoît, descendant des nobles chevaliers de Diesse (Neuchâtel). Une génération plus tard, Andrée de Benoît réside au château en compagnie de son époux François de Senarclens qui fait partie de la ligue de la Cuiller. Cette appartenance provoquera l’incendie partiel du château par les troupes helvétiques en 1530. Les seigneuries de Bursinel, Vufflens et Vincy partiront aussi en fumée. 

Par la suite, les De Watteville ont habité Le Rosey, puis, au XIXe siècle, les Jaquillard, originaires de Rougemont, devinrent les propriétaires de la partie sud du château. Dès le XIXe siècle, le château a été partagé en deux parties distinctes: au nord et au sud. La partie sud a souvent changé de mains: en 1935, Emile Senn, de Bursins, l’acheta pour la transmettre par la suite à son fils Jacques. Dans les années 1950, elle fut acquise par Jean Dawint, spécialiste en restauration des demeures historiques. Et, aux alentours de 1960, elle sera acquise par le médecin genevois Claude Bouvier, frère de l’écrivain voyageur Nicolas Bouvier, et qui va entamer une restauration de l’édifice, avant de le transmettre à son fils, Pierre, l’actuel propriétaire. Le domaine bénéficie de sa propre source d’eau, mais aussi d’un verger contenant une quarantaine d’arbres fruitiers, ainsi que d’un potager considéré comme le deuxième plus beau du canton après celui de Prangins.

En 2000, Pierre Bouvier a appris que la partie du domaine qu’il n’avait pas héritée (la partie nord) était à vendre, celle de la famille Cugnet, propriétaire depuis huit générations. Les vignes étaient rattachées à cette partie du château. Pierre Bouvier a pu la racheter, réunir à nouveau l’ensemble et se lancer dans une nouvelle aventure, vitivinicole. Il décide alors de réduire la vente de vin en vrac, de modifier l’encépagement, de maîtriser les rendements, de remettre à neuf la cave et le chai, de créer un réel espace de dégustation et d’élaborer une vaste gamme de spécialités: Côté-Nil (chasselas), Héliodore (chasselas doux), sauvignon (Lauriers d’or Terravin 2016), syrah (Lauriers d’or Terravin 2015), gamaret, etc. Des vins qui bénéficient du label bio, en reconversion biodynamique, et qui sont considérés comme figurant parmi les meilleurs de La Côte. Afin d’y parvenir, l’architecte collabore avec Yvan Parmelin, vigneron renommé, pour gérer les 4,5 hectares du domaine. 17 000 bouteilles ont été produites en 2017.

Situé à Bursins, le domaine compte trois vastes logements, des espaces dévolus à l’activité viticole, ainsi qu’une bâtisse à usage d’espace bien-être avec piscine et hammam ultramoderne. (Crédits: Romain Keller)
Situé à Bursins, le domaine compte trois vastes logements, des espaces dévolus à l’activité viticole, ainsi qu’une bâtisse à usage d’espace bien-être avec piscine et hammam ultramoderne. (Crédits: Romain Keller)
Situé à Bursins, le domaine compte trois vastes logements, des espaces dévolus à l’activité viticole, ainsi qu’une bâtisse à usage d’espace bien-être avec piscine et hammam ultramoderne. (Crédits: Romain Keller)

Accueil de séminaires

La parcelle sur laquelle se trouve le château s’étend sur une surface de 7633 m2, soit avec les vignes près de 7 hectares. Le bâtiment principal totalise environ 1650 m2 utiles, répartis en trois vastes logements et des espaces dévolus à l’activité viticole (chais, vinothèque, salle de dégustation). La maison principale accueille des séminaires qui permettent aux visiteurs de découvrir l’atmosphère du lieu, d’y déguster les vins du domaine et de loger dans les chambres d’hôte dont elle dispose. Quant aux installations techniques, sélectionnées avec le plus grand soin, elles comprennent un système de chauffage au sol par pompe à chaleur. 

Ce vaste domaine abrite en complément plusieurs annexes, dont une ferme offrant un appartement complet, des dortoirs et une cuisine, un bâtiment à vocation de bureau, une bâtisse à usage d’espace bien-être avec piscine et hammam ultramoderne incluant un garage chauffé, ainsi qu’un garage de 9 places. Pilet & Renaud organise des visites, virtuelles ou réelles, sur demande. 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."