Bilan

Justice: un procès avec 188 parties plaignantes pour cinq accusés à Genève

Deux promoteurs et trois responsables d'une entreprise générale sont jugés depuis lundi par le Tribunal correctionnel de Genève. Ils sont accusés d'avoir escroqué ou d'avoir abusé de la confiance de près de 200 personnes qui rêvaient de devenir propriétaires d'une maison ou d'un appartement.

Les deux promoteurs qui se retrouvent sur le banc des accusés avaient fondé ensemble une société qui s'était spécialisée dans le développement de projets immobiliers.

Crédits: DR

Le procès, qui doit durer trois semaines, réunit 188 parties plaignantes, représentées par des dizaines d'avocats. Pour accueillir tout ce monde, le tribunal a quitté le Palais de justice et siège exceptionnellement à la salle de spectacle du Palladium où un dispositif de sécurité a été mis en place.

Les deux promoteurs sont entre autres poursuivis pour escroquerie par métier, pour gestion déloyale qualifiée, ainsi que pour faux dans les titres. Tandis que les trois patrons de l'entreprise générale avec qui ils avaient l'habitude de travailler doivent notamment répondre d'abus de confiance et de gestion déloyale.

Les deux promoteurs qui se retrouvent sur le banc des accusés avaient fondé ensemble une société qui s'était spécialisée dans le développement de projets immobiliers, principalement des logements en PPE ou des villas groupées. Ils pilotaient le processus jusqu'au démarrage du chantier.

Curieuses pratiques


Pour réserver un logement, le futur propriétaire devait déposer un acompte auprès des promoteurs. Selon l'acte d'accusation, les appartements ont parfois été promis à plusieurs clients différents. De l'argent a aussi été versé sans aucune garantie que le projet ne se réalise, l'autorisation de construire n'ayant pas été délivrée.

Des acomptes ont aussi servi à d'autres fins, notamment à rembourser des dettes qu'avait contractées la société des prévenus. Ces derniers sont également accusés d'avoir gonflé les prix de certaines promotions pour ensuite proposer à leur client un rabais en échange du versement d'une somme "au noir", en espèces.

Selon le Ministère public, les deux promoteurs se sont indûment approprié plus de 27 millions de francs entre 2009 et 2014. L'accusation leur reproche d'avoir capté "des montants colossaux" qui ont contribué à augmenter de "manière substantielle" leur train de vie et celui de leurs familles respectives.

Les trois autres accusés possédaient une société qui exploitait une entreprise générale de construction. Cette entreprise, luttant contre le surendettement, était régulièrement mandatée par les deux promoteurs pour réaliser leurs projets, travaillant presque exclusivement pour eux.

Un système de "cavalerie"


Afin de poursuivre ses activités, les responsables de la société ont mis en place, selon les mots du Ministère public, "un système de cavalerie", consistant à utiliser les fonds versés par des nouveaux clients pour payer les factures des sous-traitants se rapportant à des chantiers précédents.

Les prévenus contestent les charges pesant sur eux. Ils auront trois semaines pour convaincre les juges du Tribunal correctionnel. La justice genevoise, de son côté, a ordonné le séquestre de biens immobiliers, de bijoux, de tableaux, de montres et autres objets appartenant aux accusés afin de pouvoir indemniser les plaignants.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."