Bilan

Immobilier: le taux de vacance a presque doublé dans les Alpes suisses

Le franc fort a plombé la demande immobilière dans les Alpes suisses et l'adoption de l'Initiative sur les résidences secondaires a provoqué un boom de la construction dans la région.

"Des prix au mètre carré supérieurs à 10'000 CHF sont monnaie courante dans les Alpes", souligne l'étude d'UBS.

Crédits: Keystone

Le taux de vacance moyen dans l'immobilier alpin suisse a presque doublé depuis 2012 pour atteindre 1,9%. D'un côté, le franc fort a plombé la demande intérieure et étrangère, alors que de l'autre, l'adoption de l'Initiative sur les résidences secondaires (Lex Weber) entrée en vigueur début 2016 a provoqué un boom de la construction dans les Alpes, signale UBS dans la première édition de son étude "Alpine Property Focus" publiée lundi.

"Ces dernières années, les marchés des logements de vacances dans les Alpes suisses ont été à la traîne par rapport à ceux de l'Autriche et de la France", avec pour corollaire une stagnation des prix de l'immobilier dans les destinations touristiques depuis 2011, constatent les auteurs de l'étude.

Avec un niveau de prix avoisinant les 14'000 CHF par mètre carré, la station grisonne de Saint-Moritz et plus généralement l'Engadine sont les destinations de vacances les plus onéreuses, suivies de près par Gstaad et Verbier. Toutefois, dans les trois stations, on constate une baisse de prix par rapport à 2012.

Le phénomène contraste avec les destinations principales des Alpes françaises et autrichiennes, où les prix ont encore connu une nette hausse ces dernières années, la palme revenant à la station savoyarde de Courchevel, avec des prix dépassant les 12'000 CHF par mètre carré, devant Sankt Anton am Arlberg et Kitzbühel en Autriche.

"Des prix au mètre carré supérieurs à 10'000 CHF sont monnaie courante dans les Alpes", souligne l'étude d'UBS. Si l'on souhaite dépenser moins de 6000 CHF au mètre carré, il faut concentrer sa recherche de logement sur des stations moins prisées, comme par exemple les stations valaisannes d'Ovronnaz et d'Evolène ou encore Disentis aux Grisons.

Reste que le taux de vacance observé dans les dix destinations suisses les plus chères est dans la plupart des cas plus faibles qu'ailleurs, à l'exception notable de Saint-Moritz, Verbier et Laax.

Selon la banque aux trois clés, la demande en logements de vacances ne devrait pas suivre celle de la demande globale en logements en Suisse. C'est une des conséquences du changement des comportements de voyage, "davantage axés sur la mobilité et les plateformes d'économie de partage comme Airbnb, (qui) font baisser la demande en logements de vacances en propriété".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."