Bilan

Comment sublimer son jardin

Trois des plus importants bureaux d’études paysagères de Suisse romande nous présentent une de leur plus récente réalisation.

  • Jacquet SA a imaginé une déambulation autour de la maison en installant plusieurs plaformes (ici la cuisine et le salon d’été).

    Crédits: Marie-Anne & Thierry Camail
  • Gilbert Henchoz a créé un dialogue entre la couleur terracotta de la villa existante et le vert des feuillages.

    Crédits: Thierry Parel
  • Crédits: Denogent

«Les propriétaires de ce jardin m’avaient appelée une première fois, plusieurs années avant sa réalisation. Ils étaient tombés amoureux de cette maison, mais savaient qu’il allait être nécessaire de pouvoir l’agrandir pour y loger toute la famille et se posaient la question du potentiel d’agrandissement et de l’état des arbres présents», raconte Aude Jacquet, de la société genevoise Jacquet. Des années plus tard, alors que plusieurs architectes et de nombreux projets, en vue de l’agrandissement de la maison, avaient été refusés, le bureau Honegger Architecture a finalement réussi à obtenir une autorisation de construire. Un projet contemporain et généreux, uniquement concentré sur la partie droite de la propriété (lorsque l’on regarde la maison en face). Les propriétaires et leurs architectes ont alors sollicité la société Jacquet pour réaliser le plan d’aménagement paysager (PAP) pour l’extension de leur maison.

Le PAP est une pièce essentielle à l’obtention de l’autorisation de construire. Elle analyse l’état sanitaire des arbres à abattre, la protection lors du chantier des arbres conservés et calcule la valeur de replantation des futurs végétaux. «De fil en aiguille, nous avons dessiné tout le jardin», relève Aude Jacquet. Le projet s’est développé essentiellement à l’ouest de la maison existante, puisque l’extension, tout en longueur, s’accroche à la maison à l’est.

Plusieurs plateformes, sur différents niveaux altimétriques, ont été déclinées pour proposer une déambulation complète autour de la maison, et répondent à des usages bien distincts. Relevons un «daybed» en bois exotique ipé, niché entre deux volées d’escalier, qui permet de profiter pleinement de la piscine; une terrasse en pierre et en pesette traditionnelle qui fait la liaison entre la maison des années 1930 et son extension; une seconde terrasse, plus grande, en ipé, qui accueille la cuisine et le salon d’été, ombragé par un platane en plateau; et un jardin de plantes de vivaces (liriopes, heuchères, anémones, agapanthes…) et d’arbustes (azalées, bambous nains, pin bonsaï, érable du Japon…) au nord qui s’offre au regard toute l’année, depuis les baies vitrées du bureau. Relevons qu’un grand gazon, parallèle à la piscine et au canapé-lit, a été laissé libre pour les jeux des enfants.

Enfin, le jardin a été très largement planté en périphérie avec des arbres persistants, pour offrir à ses habitants une enclave végétale sans vis-à-vis directs. De nombreux massifs de vivaces participent à la conception d’ambiances propres à chaque plateforme. «La variété des palettes végétales (feuillages, floraisons…) assure une continuité non répétitive entre les différents espaces de vie», résume Aude Jacquet.

Un jardin vert et rouge

C’est en campagne genevoise qu’un jardin vert-terracotta a vu le jour. Il est le résultat d’un bel échange entre ses propriétaires et Franck-Johann Bodenmann du bureau Gilbert Henchoz Architectes Paysagistes Associés. Après une écoute du programme souhaité, la production d’esquisses à la main a permis aux propriétaires des lieux de se transposer dans leur futur jardin et d’adhérer au concept distillé à travers chaque forme, matériau et plante proposés.

«La couleur terracotta très connotée de la villa existante a servi de joyeuse source d’inspiration pour définir les ambiances de ce jardin où la complémentarité entre le rouge des murs et le vert des feuillages est omniprésente. Les lignes contemporaines sont néanmoins empreintes d’une touche toscane classique qui a pour but de faire voyager chez eux les propriétaires latins», analyse Franck-Johann Bodenmann.

La piscine familiale se positionne comme élément central de la composition. Sa couleur bleu cobalt, d’une intense profondeur, lui est conférée par le choix d’un fond gris plus foncé que d’ordinaire. Afin de profiter du rafraîchissement, une large plage immergée et des emmarchements sont aménagés en son extrémité. Pour prolonger la baignade dans la saison, une couverture solaire a été installée pour conserver la tiédeur de l’eau et garantir une sécurité d’utilisation. Le dallage autour de la piscine est composé d’amples pièces en granit clair moucheté. «Un matériel noble et pérenne. Des passe-pieds démesurément étirés offrent une liaison généreuse entre les terrasses en bois de la maison et l’espace de la piscine. Ces formes allongées font également la couture entre le glacis de gazon et les massifs plantés.»

Après avoir franchi la périphérie dallée, s’érige une pergola bioclimatique ombragée par des lames pivotantes. «Elle invite à la détente. Légèrement désaxée, elle semble s’être détachée de la plage, tel un radeau à la dérive. Ce détail subtil offre une dynamique supplémentaire à la composition générale du jardin», s’enthousiasme Franck-Johann Bodenmann.

Se dressant derrière la pergola, un mur rouge a été bâti le long de la limite parcellaire, faisant oublier complètement le brouhaha de la route et le regard des passants. Il garantit toute l’intimité nécessaire aux maîtres des lieux et permet d’y adosser une douche venant compléter le programme de la piscine. L’enduit terracotta, hérité de la teinte de la villa, met en valeur au premier plan le vert acide du mobilier et une étrange forêt cubique de bambous. En son sein se love un coffre-banc qui constitue un vestiaire végétal à l’abri des regards. Simple et efficace.

La palette des végétaux rappelle le Sud, avec l’emploi d’oliviers, de palmiers, de cyprès et diverses espèces de graminées ornementales. «Ce choix de plantes séchardes présente l’avantage de limiter les besoins en eau et les efforts d’entretien.» Un arrosage automatique intégré permet à la végétation fraîchement plantée de reprendre facilement tout en consommant une quantité d’eau raisonnée. Les bambous ont largement été employés afin d’offrir une «verdoyance» immédiate.

Le jardin devra croître encore trois à cinq ans pour livrer toute sa dimension. «Le temps que les revêtements se patinent, que les végétaux s’enracinent et développent leurs belles couronnes de verdure qui taquinent déjà la villa Terracotta.»

Le bureau Denogent fait cohabiter avec harmonie une bâtisse de la fin du XVIII e siècle et un espace piscine aux lignes contemporaines. (Crédits: Denogent)

Une campagne revisitée

Entre cour et jardin, une ancienne bâtisse de la fin du XVIIIe siècle s’impose avec élégance dans un grand espace déjà bien arborisé que le bureau Denogent définit comme «une campagne revisitée».

Sa restauration récente s’est accompagnée d’un nouvel espace piscine avec un pool house aux lignes pures et contemporaines. Contraste qui offre une belle harmonie! Les bâtiments sont tenus à distance, chacun se faisant face.

«La mission des aménagements extérieurs, achevés en 2019, aura été de combiner les styles avec caractère, entre les lignes affirmées des constructions et la souplesse du végétal, pour lier chaque espace», résume Marina Denogent, de l’entreprise vaudoise du même nom.

La transition de la maison à l’espace piscine s’effectue par de grands plateaux de marches paysagères, qui s’estompent, selon les niveaux, librement dans le terrain naturel. Ce parcours est ponctué d’un jeté aléatoire de grandes sphères légèrement aplaties de buis apportant de l’élégance au cheminement dallé et tapis gravillonné.

A son extrémité, une séparation par un garde-corps en verre permet de sécuriser l’accès à la piscine sans péjorer la perspective.

«Les lignes des plates-bandes, comme un liseré à mi-hauteur, cadrent l’avant-plan des limites de la propriété et créent un effet de perspective qui accentue l’illusion de profondeur et de grandeur.»

De plus, l’utilisation de bulbes printaniers, de plantes vivaces et arbustives fleuries, confère, au gré des saisons, une ambiance festive et colorée: une sorte de «fouillis maîtrisé». C’est depuis le pool house que l’on profite le mieux des rubans d’hortensias. Ils apportent, une grande partie de l’été, un éclat à la pièce d’eau qui agit ici comme un miroir, reflétant dans l’eau bleue les inflorescences blanches des petits arbustes.

«Des végétaux persistants taillés avec soin en forme de moutonnement adoucissent les angles des terrasses longeant la maison. Ils révèlent des points de vue sur des œuvres d’art tantôt classiques, tantôt modernes, pièces importantes et pleines de souvenirs de cette partie du jardin, lesquelles s’ouvrent sur une grande pelouse.

Faisant face aux arbres majestueux, c’est un des lieux de prédilection du jardin où la famille aime se détendre, jouer, apprécier les saisons et tout simplement passer du temps ensemble», témoigne l’architecte paysagiste Marina Denogent, qui collabore depuis 1990 à l’entreprise familiale basée à Prangins (VD).

Quelques clins d’œil ont été faits aux origines de la maîtresse des lieux avec l’utilisation de pierre naturelle dite bleue belge et de poteries en argile, provenant de la région des Flandres.

En arrière-plan, les bosquets composés d’essences à feuillage persistant et caduc visent à limiter les perméabilités visuelles, sur et depuis les parcelles voisines. Ces nouvelles plantations garantissent l’intimité de la famille, bien loin de l’agitation des villes, et pourtant en plein cœur de bourg.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."