Bilan

Combien coûterait la Maison Blanche si elle devait être vendue?

La Maison Blanche va changer d'occupant début 2017. Ni contrat de location, ni vente en vue pour autant, mais un nouveau président pour les Etats-Unis. Pourtant, si la résidence de Barack Obama et de ses 41 prédécesseurs était à vendre, combien vaudrait-elle?
  • La Maison Blanche et ses jardins accueillent les présidents américains depuis 1800.

    Crédits: Image: DR
  • La Blue Room, où le président reçoit ses invités de marque.

    Crédits: Image: NYT
  • Les multiples pièces et salons, mais aussi la décoration et le mobilier ont été pris en compte pour l'estimation de la valeur du bien.

    Crédits: Image: DR
  • Construite au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, la Maison Blanche a été plusieurs fois reconstruite, rénovée, agrandie,...

    Crédits: Image: White House Museum

«A vendre: maison de style géorgien bâtie à l'extrême fin du XVIIIe siècle en plein centre-ville de Washington (1600, Pennsylvania Avenue NW); 132 pièces, 16 chambres à coucher, 35 salles de bain, 28 cheminées, 8 escaliers, une salle de cinéma, une piste de bowling, un court de tennis, un terrain de basket-ball, un green de golf, une piscine, des centaines de mètres carrés de souterrains et bunkers pour abriter les occupants en cas d'attaque chimique, bactériologique ou nucléaire. En option: mobilier de prestige du début du XIXe siècle»: cette annonce ne risque pas de paraître sur les sites d'agences immobilières avant très longtemps. Et pour cause: il s'agit de la Maison Blanche.

Lire aussi: La Maison Blanche a choisi le nouvel Air Force One

La résidence officielle des présidents américains a accueilli 42 présidents depuis son inauguration en 1800 par John Adams, successeur de George Washington. Et le (ou la) 43e arrivera avec sa famille en janvier. A l'instar du Congrès ou d'autres bâtiments administratifs du District of Columbia (ainsi que de différents états), la Maison Blanche appartient au gouvernement fédéral américain. Et en plus de deux siècles, il n'a jamais été question de le vendre (même si un général nordiste de la Guerre de Sécession proposa une nouvelle résidence présidentielle loin des canaux et marécages de cette zone de Washington, réservant le bâtiment à des usages administratifs).

Time estime le bien à 90 millions de dollars

La question de la valeur de ce bien immobilier resurgit cependant de temps à autre. Et notamment en période de campagne pour l'élection présidentielle. Le magazine Time et le site spécialisé dans les transactions immobilières Zillow ont ainsi procédé chacun de leur côté à une estimation. Et elles sont très éloignées l'une de l'autre: Time a calculé une valeur autour de 90 millions de dollars, tandis que Zillow annonce une valeur située à 389 millions de dollars.

Pour arriver à son chiffre, Time s'est appuyé dans son analyse sur de nombreux facteurs, notamment historiques, en revisitant le coût de la construction selon des critères actuels (les fondations de la Maison Blanche ont été réalisées par des esclaves à l'extrême fin du XVIIIe siècle), mais aussi en estimant son potentiel locatif avec la surface habitable, les charges, l'indispensable entretien,... mais aussi en tenant compte de l'ancienneté du bâti et les inconvénients que cet âge peut procurer, notamment en termes d'habitabilité et de confort. Ainsi, si le coût de la construction d'un tel bâtiment serait, en 2016, de près de 100 millions de dollars (contre 232'000$ en 1796), la valeur locative se situerait autour de 5 millions de dollars annuellement.

Lire aussi: Acheter une maison de star: le bon filon?

Pour étayer et chiffrer son estimation, Time a fait appel à des experts en immobilier du site Barron's et de Gray Real Estate. Mais le prestigieux média américain s'est aussi appuyé sur les prix du marché en comparant la résidence actuelle de la famille Obama à des biens immobiliers de luxe du même registre, citant notamment Mar-a-Lago Club, une propriété de Palm Beach appartenant à... Donald Trump (!), mais aussi la demeure voisine de Hugh Hefner (patron de Playboy), dont la propriété originellement estimée à 200 millions de dollars, n'a été vendue que pour 100 millions de dollars voici quelques mois.

Zillow voit un bâtiment à 389 millions de dollars

De son côté, Zillow a mené pour la Maison Blanche une enquête très poussée, détaillant le plan cadastral de la propriété ainsi que les éventuels travaux à prévoir pour un éventuel acquéreur. Les experts ont également étayé leur argumentation avec des études précises sur l'évolution des prix des biens immobiliers dans ce quartier. Le vice a été poussé jusqu'à estimer le prix des assurances, des systèmes de sécurité (alarme anti-intrusion), des raccordements aux réseaux internet, et même les évaluations des écoles du quartier. Et le résultat est sans appel: 389'107'376$ pour le bien immobilier à l'achat/vente et 2'079'505$ mensuellement pour une location.

Pour arriver à une telle somme, les experts de Zillow ont également inclus de nombreux biens de valeur tels que les meubles historiques, les tableaux, les tapis et tapisseries, les bibelots et décorations attachés à l'institution (en excluant les biens propres à Barack Obama et qui disparaîtront des lieux lors de son départ).

Deux évaluations très éloignées l'une de l'autre mais qui n'ont cependant aucune chance de trouver une issue concrète dans les années à venir. Aucun texte de loi ne prévoit actuellement que le gouvernement fédéral puisse se séparer de la Maison Blanche. Et le symbole de la silhouette de cette bâtisse est tellement fort qu'il semble inconcevable qu'un acquéreur puisse concrétiser une transaction. Mais à l'heure où les candidats sont scrutés sur leur train de vie et où de nombreuses voix s'élèvent dans l'électorat américain pour réclamer une réduction des dépenses publiques fédérales, l'exercice de style n'est pas anodin.

Lire aussi: L'élection présidentielle américaine se jouera sur Snapchat

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."