Bilan

Christian Constantin mise sur le leasing

La société MyHome Leasing propose ses premiers appartements, sur Vaud et en Valais. Le système permet l’acquisition à terme avec un capital de départ limité, adapté aux ménages plus jeunes.

Christian Constantin: «On a souvent besoin de deux chambres de plus quand on a 30 ans et deux enfants, pas quinze ans après quand ils partent.»

Crédits: Jean-Christophe Bott/Keystone

Longtemps cantonné en Suisse aux objets industriels, le leasing immobilier s’ouvre aux particuliers. Sur son site internet, myhomeleasing.ch propose une cinquantaine d’appartements à la vente sur plan répartis entre deux promotions, l’une en Lavaux à Chexbres (VD), l’autre à Saxon (VS). Une première à 40 millions imaginée par l’entrepreneur Christian Constantin, propriétaire de l’ensemble des lots, en partenariat avec Credit Suisse.

Concrètement, pour un leasing de quinze ans sur un appartement de 3,5 pièces à Saxon (prix de 440 000 francs), seuls 25 000 francs seront demandés en première redevance. S’ensuivront des mensualités de 1462 francs pendant toute la durée du leasing. Ces 1462 francs se divisent entre une partie d’épargne (progressive), et une partie d’intérêts (dégressifs) encaissée par Myhome leasing.

A tout moment avant l’échéance, on peut exercer l’emption et acheter l’appartement. Après dix ans par exemple, ce sont plus de 96 000 francs de fonds propres qui ont été épargnés en amortissements, permettant l’obtention d’un crédit pour les 344 000 francs de valeur résiduelle. En autorisant ainsi l’accès à la propriété avec un apport limité, Christian Constantin vise un nouveau public: «L’accessibilité au crédit reste compliquée, même pour une frange de population jeune à bon niveau de revenus. On a souvent besoin de deux chambres de plus quand on a 30 ans et deux enfants, pas quinze ans après quand ils partent.»

Prix bloqué à signature du contrat

Occuper le logement maintenant et l’acheter plus tard a un coût. Dans l’exemple précédent, ce ne sont pas loin de 100 000 francs qui auront été dépensés en intérêts en dix ans, au taux d’intérêt de 2,7%, bien supérieur au 1 à 1,5% de celui du taux hypothécaire classique. Une partie correspond toutefois aux charges et impôts normalement assumés en tant que propriétaire et que Myhomeleasing répercute.

En cas de hausse de l’immobilier, l’occupant peut espérer en revanche tirer profit, au moment de l’achat, d’un prix bloqué à signature du contrat. En clair, acquérir en 2031 au prix de 2021. «Sur vingt ans, l’immobilier a pris entre 80 et 100%, rappelle Christian Constantin. Je peux payer mes 344 000 résiduels et peut-être revendre 550 000 ou 600 000.»

Reste dans ce cas la question de la taxation de la plus-value. En cas de réinvestissement dans un logement principal, en Valais par exemple, elle ne sera pas taxée. En cas contraire, la fiscalité peut être lourde, comme le rappelle le fiscaliste Antoine Bonvin, associé chez Roux & Associés à Sion qui a travaillé sur le dossier avec Christian Constantin: «Les cantons ont revu leur imposition sur la plus-value, avec des barèmes assez agressifs sur les courtes périodes, souvent de l’ordre de 35 à 40%. Nous avons demandé au fisc si la plus-value se calculait selon le prix initial fixé, ou selon la valeur résiduelle payée au moment de l’emption.» Le fisc valaisan, dans une réponse lapidaire, s’orienterait vers le prix fixé à signature de bail. Une demande de ruling suivra auprès des autorités fiscales vaudoises.

La taxation de la plus-value est d’autant plus importante que le système pourrait également servir de levier à des investisseurs immobiliers. En effet, avec 100 000 francs d’apport, c’est quatre appartements comme celui de Saxon qui pourraient être pris en leasing et immédiatement mis en location. Christian Constantin reconnaît avoir «déjà eu des demandes en ce sens parmi (ses) contacts».

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste économique et d’investigation pour Bilan, observateur critique de la scène tech suisse et internationale, Joan Plancade s’intéresse aux tendances de fonds qui redessinent l’économie et la société. Parmi les premiers journalistes romands à écrire sur la blockchain -Ethereum en particulier- ses sujets de prédilection portent en outre sur l'impact de la digitalisation, les enjeux de la transition énergétique et le marché du travail.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."