Bilan

Acheter une maison pour 1€ en Italie

Les autorités d'un village du centre de la Sicile proposent aux acquéreurs potentiels de racheter les maisons centenaires du village pour 1€. Destinée à lutter contre l'exode rural, cette initiative a permis de relancer l'économie locale via les chantiers entrepris par les nouveaux propriétaires.
  • Le village de Gangi se situe au centre de la Sicile, à près de 1000m d'altitude.

    Crédits: Image: DR
  • Giuseppe Ferrarello, le maire de Gangi, a eu l'idée de vendre certaines maisons historiques du bourg à 1€ en 2014.

    Crédits: Image: AFP
  • Entre les années 1920 et 1914, la population de Gangi est passée de 16'000 à 7000 habitants.

    Crédits: Image: DR

Une maison centenaire à acheter pour 1€: ces quelques mots ressemblent davantage à un slogan ou un argument marketing qu'à une offre réelle. Pourtant, à Gangi, petit village situé à près de 100m d'altitude au coeur de la Sicile, de nombreuses maisons datant pour certaines de la fin du XIXe siècle ont été rachetées et restaurées depuis deux ans. A chaque fois, la transaction a été conclue pour le même montant: 1€.

Lire aussi: Quel sera le prix de vente de la maison la plus chère au monde?

Le marché de l'immobilier est-il tombé aussi bas sur l'île au drapeau orné de la gorgone? Evidemment non. Mais pour arriver à un tel prix, il aura fallu que les acteurs privés et publics de la région unissent leurs forces. Propriétaires privés, agents immobiliers, autorités communales: tous ont oeuvré pour arriver à cette stratégie.

Volonté d'enrayer l'exode rural

Au début des années 2000, Giuseppe Ferrarello, le maire de Gangi, est contraint de faire un constat terrible: sa bourgade du centre de la Sicile est largement désertée par ses habitants, qui partent vers les villes de l'île (Palerme, Agrigente, Syracuse, Messine), vers Naples, Rome et Milan, voire vers les Etats-Unis d'Amérique. Au fil des ans, le village vieillit puis se dépeuple. De 16'000 habitants dans les années 1920, la population est tombée à 7000 habitants en 2014. Pour enrayer cet exode, Giuseppe Ferrarello veut non seulement attirer de nouveaux habitants mais aussi relancer l'économie locale.

Lire aussi: Combien coûterait la Maison Blanche si elle devait être vendue?

Il met alors sur pied son plan: racheter les bâtisses non habitées du centre du village, trouver des acquéreurs et s'arranger pour qu'ils effectuent des travaux afin de fournir du travail aux entreprises locales. Rapidement, la commune parvient à acquérir une série de maisons en se mettant d'accord avec les ayants-droits, souvent des héritiers encombrés par cette propriété qui vivent loin et n'ont plus les moyens d'entretenir. Elle passe un accord avec une agence immobilière de l'île habituée à vendre des propriétés à des clients britanniques, scandinaves ou allemands, et se met d'accord sur le type de transaction: la vente se fera à 1€, avec la charge pour les acquéreurs de s'acquitter des frais de notaire (autour de 6000€) et l'engagement de rénover largement la maison.

Pour s'assurer que les acheteurs vont tenir parole, le maire leur demande de déposer une caution de 5000€. Libre à eux de louer ensuite la maison, de la transformer en hôtel ou d'en faire leur résidence secondaire. Parmi les premiers acquéreurs figure le metteur en scène et producteur australien Dominic Allen (surtout connu pour ses clips publicitaires et ses documentaires télévisés): «Pour le prix de cette maison, vous ne pourriez même pas acheter un emplacement de parking en Australie» explique-t-il suite à son achat. En quelques mois, une vingtaine de maisons sont vendues et les premiers travaux de rénovation débutent.

Artisans et commerçants locaux retrouvent le sourire

Face à ses détracteurs qui l'accusent de brader le patrimoine local à des étrangers fortunés et de mettre en péril l'âme du village, l'édile local est clair: «La chose importante pour nos habitants âgés, nos parents, c’est que les jeunes arrêtent de partir. Nous montrons qu’il est possible de faire du tourisme même en beau milieu de la Sicile en temps de crise». Car si certains acquéreurs se contentent de petites maisons de villes à une chambre, d'autres effectuent plusieurs achats et restructurent de bâti pour créer des gîtes et des hôtels. Et le tourisme repart: grâce au coup de projecteur permis avec cette opération, les visiteurs de l'île redécouvrent ce bourg dont certaines rues datent du XIIe siècle.

Lire aussi: Ces villages abandonnés à acheter en Europe

En plus du secteur touristique, celui de la construction est aussi relancé: maçons, charpentiers, plombiers, électriciens,... leurs carnets de commandes s'allongent. Car pour une petite maison à rénover, la facture s'élève au minimum entre 20'000 et 30'000€, et bien plus pour les projets de gîtes, d'hôtels, ou pour des logements que leur nouveau propriétaire voudrait rendre extrêmement confortable. Et comme dans un jeu de domino, le petit commerce local retrouve des couleurs. 


Italie : des maisons à un euro

Au final, deux ans après avoir initié son projet, le maire a réussi sa mission: le centre du bourg ne tombe plus en ruines, l'exode rural a été enrayé avec des emplois retrouvés pour les jeunes, certains jeunes de la région ont aussi pu profiter de l'aubaine et son restés sur place au lieu de s'en aller loin de leur village natal. Et si certains prédisaient une concurrence déloyale pour le secteur immobilier traditionnel, celui-ci en a au contraire profité: de nombreux acquéreurs potentiels, venus visiter une maison à 1€, ont finalement porté leur choix sur un autre bien, davantage à leur goût.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."