Bilan

Zurich Insurance subit des ajustements réglementaires au premier trimestre

Zurich Insurance a subi une forte baisse de la rentabilité imputable à des ajustements réglementaires au Royaume-Uni.

La profitabilité de l'assureur zurichois a cependant nettement progressé. 

Crédits: Keystone

Zurich Insurance a subi une forte baisse de la rentabilité au premier trimestre, imputable selon le groupe à des ajustements réglementaires au Royaume-Uni. Hors cet impact, la profitabilité de l'assureur zurichois a cependant nettement progressé. La direction a confirmé jeudi ses objectifs pour l'année.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires est ressorti en baisse de 31% à 607 mio USD, tandis que le résultat opérationnel (BOP) s'est déprécié de 13% à 928 mio, a détaillé Zurich Insurance dans un communiqué.

L'assureur a subi une charge de 289 mio USD sur son résultat opérationnel, suite à une forte baisse du "taux Ogden". Ce taux est utilisé en Angleterre et au Pays de Galles pour le calcul des réserves liées à la couverture des dommages corporels graves aux particuliers, notamment dans l'assurance automobile. Plus ce taux est faible, plus les indemnités exigibles et le niveau des réserves à enregistrer sont élevés. Hors cet élément, le BOP s'est envolé de 14% à 1,2 mrd CHF.

Le résultat net a manqué les attentes des analystes fixées à 723 mio USD, tout comme le BOP attendu à 967 mio.

En dépit de l'impact réglementaire négatif outre-Manche, le directeur financier (CFO) George Quinn a estimé qu'il s'agissait "d'un bon démarrage de l'année avec une solide performance de toutes les activités", le niveau des souscription s'étant amélioré et les dépenses ayant été rabotées. L'éclaircie conjoncturelle a quant à elle porté les placements du groupe.

Dans l'activité dommages (P&C), le BOP hors ajustement du taux Ogden s'est apprécié de 13% à 630 mio USD grâce à une solide performance dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique ainsi qu'en Amérique du Nord. Le ratio combiné (hors taux Ogden) s'est bonifié de 0,9 point par rapport à 2016 à 97,2%. Les primes brutes ont par contre reculé de 2% à 8,9 mrd.

Le domaine vie a enregistré une croissance du BOP de 23% à 312 mio USD et celui de l'unité Farmers de 2% à 396 mio.

Le groupe s'est dit solidement capitalisé, son ratio de solvabilité s'étant amélioré de 38 points à 227%, selon les normes du Test suisse de solvabilité (SST).

L'action se replie

La direction a réitéré ses objectifs entre 2017 et 2019, soit un rendement des fonds propres après impôts supérieur à 12%, une réduction nette des coûts de 1,5 mrd USD par rapport à 2015 dont 300 mio ont été réalisées l'année dernière, des liquidités de 9,5 mrd et un ratio "Z-ECM" entre 100% et 120% (129% au premier trimestre).

Les investisseurs n'ont pas goûté les chiffres présentés par le groupe. Après une ouverture en hausse de près de 0,3%, le titre est rapidement passé en territoire négatif. A 13h57, la nominative reculait de 0,3% à 278,60 CHF dans un SMI quasiment stable (-0,07%).

Le bénéfice net a été impacté par un repli des gains nets réalisés, des effets plus élevés liés à l'ajustement du taux Ogden au Royaume-Uni et une charge fiscale en hausse, ont énuméré les analystes de Vontobel. Le ratio combiné de 97,2% (hors Ogden) dans l'assurance dommage a été applaudi.

Deutsche Bank a relevé "les bons chiffres de Zurich, soutenus par un bilan solide", dans une note. L'impact de l'ajustement Ogden sur la division dommages (P&C) était anticipé.

Les mesures prises pour la souscription de contrats dans l'activité dommages "commencent à porter leurs fruits", ont estimé les analystes de Baader Helvea. Dans le domaine de l'assurance vie, l'Asie-Pacifique et l'Amérique latine ont affiché une bonne croissance.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."