Bilan

Wells Fargo visé par le gendarme de la Bourse pour ses comptes fictifs

La banque américaine Wells Fargo a porté ses réserves à 1,7 milliard de dollars au 30 septembre contre 1 milliard à fin juin en prévision de possibles amendes et accords à l'amiable.

Wells Fargo a également perdu sur le plan financier puisque des Etats américains ont arrêté de faire des affaires avec elle.

Crédits: AFP

La banque américaine Wells Fargo a indiqué jeudi faire l'objet d'une enquête du gendarme de la Bourse (SEC) pour avoir ouvert deux millions de comptes factices au nom de ses clients.

Dans un document boursier, la troisième banque américaine en termes d'actifs précise que la SEC lui a demandé de lui fournir des documents et informations liés à ses pratiques commerciales.

L'autorité s'ajoute ainsi à une série de régulateurs - département de la Justice, procureurs de nombreux Etats dont celui de Californie - qui ont ouvert des enquêtes depuis la révélation de cette affaire.

Des particuliers ont également porté plainte et demandent des dommages et intérêts, annonce également la banque californienne.

Wells Fargo, qui assure coopérer avec toutes les requêtes, a porté ses réserves à 1,7 milliard de dollars au 30 septembre contre 1 milliard à fin juin en prévision de possibles amendes et accords à l'amiable.

L'établissement, dont le premier actionnaire est le milliardaire Warren Buffett, est sous les feux des projecteurs depuis septembre pour avoir ouvert entre 2011 et 2016 deux millions de comptes fictifs qui avaient permis à ses employés de toucher des primes liées à la vente de produits aux clients.

Après la découverte de ces malversations, 5.300 employés avaient été licenciés et Wells Fargo a écopé d'une amende de 185 millions de dollars.

L'affaire a conduit à la démission du PDG John Stumpf, remplacé par son bras droit Tim Sloan, qui a promis la transparence et le renforcement des procédures de contrôle et d'alerte. Une enquête interne est également en cours.

Le scandale a mis en lumière la pratique décriée de la vente croisée qui veut que si un client dispose d'un compte courant, il faut lui faire ouvrir un compte épargne, un crédit immobilier, un crédit automobile, une assurance, des produits d'investissements, etc. Les régulateurs ont ainsi demandé des informations aux autres grandes banques (JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup) sur leurs pratiques commerciales.

Outre le fait d'avoir vu sa réputation ternie, Wells Fargo a également perdu sur le plan financier puisque des Etats américains, dont la Californie et l'Illinois, ont temporairement arrêté de faire des affaires avec elle.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."