Bilan

Vers l'instauration d'un plancher de capital pour les banques?

Le Comité de Bâle souhaite uniformiser le calcul des fonds propres minimum, dont le montant varie grandement selon les établissements.

La mise en place d'un seuil plancher permettra d'éviter que le niveau de capital dans le système bancaire "ne tombe en dessous d'un certain niveau", a indiqué la Banque des règlements internationaux, qui héberge le Comité de Bâle, dans un communiqué.

Crédits: Keystone

Le Comité de Bâle, chargé d'édicter les normes bancaires, veut que soient définis de nouveaux standards régissant la solidité des banques, en proposant d'uniformiser le calcul des fonds propres minimum, pour limiter les grands écarts actuellement constatés entre les différents établissements.

"Le plancher serait basé sur des approches standardisées pour les risques de crédit, de marché et opérationnels", approches qui font elles aussi l'objet d'une consultation, selon un communiqué de la Banque des règlements internationaux, qui héberge le Comité de Bâle.

Actuellement, les banques doivent mettre de côté une part de leurs capitaux en fonction de leur bilan, pondérée par une estimation des risques, estimation qui varie grandement selon les établissements, ce qui préoccupe les autorités.

"Comme relevé dans le récent rapport du Comité aux leaders du G20 (le groupe des pays les plus puissants du monde), le Comité agit pour réduire le niveau de variation observé entre les ratios de capitaux des banques", selon le communiqué.

La mise en place d'un seuil plancher permettra d'améliorer la comparaison entre banques et évitera que le niveau de capital dans le système bancaire "ne tombe en dessous d'un certain niveau", a indiqué la BRI dans un communiqué paru lundi.

Ces mesures s'inscrivent dans le mouvement général visant à redonner confiance aux investisseurs préoccupés par la manière dont les banques calculent la taille de leur réserve en fonds propres et à éviter toute répétition de la crise bancaire mondiale qui a surgi entre 2007 et 2009.

Les mesures préconisées réduiraient la dépendance vis-à-vis des organismes externes d'évaluation de crédit en se fondant sur la solidité du capital d'une banque et de la qualité de ses actifs.

Les banques ont jusqu'au 27 mars pour répondre aux propositions.

Ces dispositions devraient entrer en vigueur en 2019, lorsque les modifications déjà apportées aux règles de fonds propres des banques seront pleinement mises en place.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."