Bilan

Valorisation boursière: Airbnb comble son retard sur Uber

Proche de boucler un tour de table auprès d'investisseurs, la plateforme de location entre particuliers Airbnb devrait atteindre une valorisation boursière de 30 milliards de dollars, la moitié de la valeur d'Uber, et rejoindre l'app de VTC et Xiaomi sur le podium des startups les mieux valorisées.
  • Avec sa nouvelle levée de fonds, Airbnb devrait atteindre une valorisation boursière de plus de 30 milliards de dollars.

    Crédits: Image: Airbnb
  • En pleine croissance sur les marchés émergents, Airbnb fait face à des attaques sur son modèle d'affaires en Europe et aux Etats-Unis.

    Crédits: Image: AFP
  • A San Francisco, Airbnb s'est lancé dans une procédure judiciaire contre l'obligation faite aux loueurs de se déclarer et de payer une taxe, sous peine de devoir être retirés des plateformes de location.

    Crédits: Image: AFP

Si les investissements dans les startups semble s'essouffler depuis le début de l'année 2016 aux Etats-Unis, certaines licornes ne connaissent pas de difficultés à lever des capitaux. Ainsi, Airbnb serait en passe de boucler un nouveau round de financement auprès de divers partenaires et ce tour devrait lui permettre d'atteindre une valorisation de plus de 30 milliards de dollars, selon les informations du New York Times.

Lire aussi: Sauve-qui-peut chez les «licornes»

Citant des personnes impliquées dans le dossier mais ayant requis l'anonymat, le quotidien américain explqieu que les fonds levés actuellement devraient servir à poursuivre l'expansion internationale des activités de la plateforme. Des pays nouveaux et à fort potentiel touristique ont ouvert leurs portes à Airbnb ces derniers mois comme Cuba, tandis que certaines régions, notamment en Asie, voient leur potentiel augmenter et le parc de logements disponibles à la location croître également. Mais certains concurrents émergent sur ces marchés et Airbnb ne veut pas prendre le risque de les voir s'accaparer des parts de marché avant que la société californienne ne soit solidement implantée.

Deux levées de fonds successives

C'est ainsi qu'Uber a vu le marché chinois se compliquer pour lui avec l'apparition de compagnies locales basées sur des systèmes comparables. Didi a vu son business croître très vite ces derniers mois, et Apple a investi un milliard de dollars dans ce concurrent chinois au printemps. Le CEO de la firme à la pomme, Tim Cook, envisageant même «de nombreuses opportunités pour une coopération plus approfondie».

Lire aussi: Apple investit un milliard dans le concurrent chinois d'Uber

Pour Airbnb, les apports de capitaux sont cruciaux pour développer rapidement. Et c'est tout le sens de la politique menée sur ce plan ces derniers mois par la startup californienne qui a triplé sa valorisation boursière en à peine plus de 24 mois. En 2015, deux levées de fonds successives ont permis de réunir d'abord 1,6 milliard de dollars puis 1 milliard de dollars.

Avec deux millions de logements répertoriés dans 34'000 villes de 191 pays à travers la planète, la plateforme californienne se pose plus que jamais en alternative majeure aux grandes chaînes hôtelières qui se plaignent régulièrement d'une concurrence déloyale de la part des particuliers qui tirent des bénéfices de la location de leurs appartements et maisons, mais sans être soumis aux mêmes réglementations fiscales, légales et sociales.

Une plainte coûteuse à San Francisco

Et c'est justement ce point qui constitue la tempête actuelle pour Airbnb. Dans son berceau de San Francisco, la startup est dans l'oeil du cyclone: les autorités ont récemment décidé d'obliger les loueurs à se déclarer auprès de l'administration locale et de s'acquitter d'une taxe de 50$. Craignant de perdre certains loueurs, de voir ceux-ci répercuter ce coût sur les locations (avec un moindre avantage comparatif par rapport aux hôtels donc) et surtout de subir un contrecoup en termes d'images (d'autres villes pourraient suivre le mouvement), Airbnb a décidé d'attaquer la décision de la ville de San Francisco en justice. Et le procès pourrait lui coûter des sommes considérables.

Voici quelques mois, un premier coup de semonce avait été tiré à Berlin avec les fortes restrictions imposées en termes de location de logements aux plateformes comme Airbnb, Housetrip et autres sociétés du même genre: les particuliers de la capitale allemande ne peuvent plus placer leur appartement sur ces plateformes sauf s'ils y vivent eux-mêmes et ne louent que certaines chambres, ou l'appartement pendant leurs absences occasionnelles.

Lire aussi: A Berlin, Airbnb et ses concurrents sont mis à l'amende

Enfin, avec cette nouvelle levée de fonds, Airbnb monte sur le podium des startups les plus valorisées au monde. Loin devant figurent toujours Uber avec 62,5 milliards de dollars de valorisation, puis le fabriquant d'électronique chinois Xiaomi (46 milliards). La plateforme locative dépasse ainsi Didi, le concurrent d'Uber, valorisé autour de 28 milliards de dollars actuellement, selon le classement tenu à jour par CBS Insights.

La puissance du secteur technologique

Cependant, au-delà de cette lutte entre licornes pour savoir quelle sera la startup la mieux valorisée au monde, ce nouveau tour de financement est révélateur d'une tendance qui tempère le ralentissement observé en Silicon Valley: selon le classement établi par PwC avec Bloomberg, le secteur technologique dépasse désormais le secteur financier en termes de valorisation cumulée pour les 100 plus importantes capitalisations au monde. Facebook, Apple, Samsung mais aussi Uber et Airbnb pèsent dorénavant 2993 milliards de dollars, contre 2704 milliards de dollars pour JPMorgan Chase, Berkshire Hathaway, Bank of China et autres Wells Fargo.

Une montée en puissance du secteur tech largement due à la croissance du marché en 2015. Avec le ralentissement observé ces derniers mois en Silicon Valley, il faudra voir dans les mois à venir si le mouvement se ralentit ou si les géants du secteur technologique sont épargnés par les nuages qui planent sur le secteur.

Lire aussi: Y a-t-il une bulle des startup?

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."