Bilan

Une étude prévoit une stagnation des taux d'impositions en 2017

Les taux d'imposition en Suisse devraient stagner en 2017, après plusieurs années de léger repli.

A l'échelle mondiale, la Suisse se place en bonne position des pays à fiscalité réduite. 

Crédits: Keystone

Les taux d'imposition des entreprises et des particuliers devraient stagner en 2017, après plusieurs années de léger repli, a indiqué jeudi la cabinet KPMG dans son rapport annuel Swiss Tax Report. Sur les dix dernières années, le taux d'imposition ordinaire sur le bénéfice des sociétés s'est réduit de 2,99% en moyenne.

Le taux moyen d'imposition sur les bénéfices des sociétés en Suisse s'est établi cette année à 17,8%. Les cantons les plus favorables fiscalement aux entrepreneurs sont ceux de Lucerne avec 12,4%, ainsi que Nidwald et Obwald (12,7%). Zurich se range légèrement au-dessus de la moyenne avec 21,2%, tandis que les cantons de Vaud (22,1%), de Bâle-Ville (22,2%) et de Genève (24,2%) affichent les taxes les plus élevées, selon l'étude.

A l'échelle mondiale, la Suisse se place en bonne position des pays à fiscalité réduite. La Hongrie a gagné en attractivité en baissant le taux d'imposition des bénéfices des sociétés de dix points de pourcentage à 9% cette année. Le pays d'Europe centrale est suivi par l'Irlande (12,5%), Hong Kong (16,50%) et Singapour (17%).

Viennent ensuite le Royaume-Uni (19%), le Portugal (21%) et la Suède (22%). En bas du tableau figurent le Brésil (34%), l'Inde (34,6%) et les Etats-Unis (40%). A noter cependant que la Grande-Bretagne a annoncé une baisse des impôts sur le bénéfice à 17% d'ici 2020.

Au niveau des particuliers, le taux d'imposition sur le revenu s'est marginalement replié de 0,86% sur dix ans à 33,99% en moyenne pour un célibataire sans enfant à charge. Les cantons de Zoug (22,86%), d'Obwalden (24,3%) et d'Appenzell Rhodes-Intérieures (25,02%) sont les plus attrayants. Ceux de Vaud (41,5%), Bâle Campagne (42,17%) et Genève (44,75%) figurent par contre en bas du classement.

Les cantons les plus attractifs en matière de fiscalité individuelle n'arrivent cependant pas à concurrencer les faibles niveaux d'imposition en Bulgarie (10%), en Russie (13%) et à Hong Kong (15%). A l'inverse, les taux les plus élevés ont été relevés en Suède (maximum de 61,85%), au Danemark (55,79%) et au Japon (55,95%).

A l'avenir, KPMG estime que les "différentes évolutions politiques en Suisse et à l'étranger pourraient bien apporter une plus grande dynamique à moyen terme dans la concurrence fiscale". Le cabinet demeure cependant "convaincu que la Suisse va conserver son attrait pour les entreprises".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."