Bilan

Un fonds de capital-risque géant démarre à Genève

Spin-off d’Index Ventures pour les sciences de la vie, Medicxi a levé 300 millions de dollars auprès d’investisseurs comme Novartis et Google pour investir dans la croissance des biotechs européennes.

Co-fondateur de Medicxi, Francesco de Rubertis a convaincu Google et Novartis d'investir dans le premier fonds de capital risque dédié à la croissance des biotechs européennes. 

Crédits: DR

Depuis quelques années les start-up suisses, et plus généralement européennes, ont moins de mal à trouver des fonds d’amorçage (jusqu’à 5 millions de francs) pour démarrer, le financement de leur expansion demeure difficile. On ne compte plus les entreprises qui doivent finalement se vendre, et pas toujours avec une réelle plus-value, à un grand groupe. Certaines déménagent même aux Etats-Unis pour trouver les 10 à 50 millions qui leur permettraient de grandir suffisamment, soit pour une vente dans de meilleures conditions, soit pour une introduction en bourse.

Cette situation est particulièrement criante dans le secteur des biotechnologies. Le potentiel des start-up dans des pays comme la Suisse est en inadéquation totale avec le capital disponible. Sans doute est-ce pourquoi le premier fonds entièrement dédié à la croissance des entreprises de biotechnologies européennes (à partir de la phase 2 des essais cliniques) vient-il d’apparaitre à Genève.

Des tours à 100 millions

Fondé l’an dernier à Genève par Michelle Ollier, Francesco De Rubertis, Giuseppe Zocco et les autres partenaires spécialisés dans les sciences de la vie du fonds Index Ventures des frères Rimer (Skype, Bla Bla Car…) Medicxi Ventures vient en effet de boucler le premier fonds européen (Medicxi Growth 1) entièrement dédié à la croissance. Il dispose de 300 millions de dollars pour effectuer des investissements typiquement de 10 à 30 millions de dollars dans des tours de financement destinés à soutenir les dernières phases d’essais cliniques de nouveaux médicaments. 

«En devenant le potentiel «lead investor» de tours de financement en phase de croissance, nous allons pouvoir mobiliser des fonds encore plus importants, explique  Francesco De Rubertis. D’autant plus que les fonds de capital-risque américains cherchent un partenaire local pour s’engager avec lui dans des investissements en Europe.» On parle de tours de financement pouvant atteindre 100 millions de francs.

Cet intérêt pour les biotechs européennes est non seulement garanti par la présence de l’European Investment Fund parmi les investisseurs de Medicxi Growth 1, mais aussi souligné par celles de Novartis et de Google. De même que GlaxoSmithKline et Johnson & Johnson avaient investi dans un premier fonds d’amorçage lancé par Medicxi l’an dernier, le géant pharmaceutique helvétique rejoint le fonds de croissance. Il obtient ainsi un droit de regard sur des entreprises disposant d’au moins un médicament en phase 2 d’essais cliniques.

De son côté, la présence de Verily Life Sciences, l’une des filiales dans les sciences de la vie d’Alphabet le holding qui rassemble les différentes branches de Google, souligne l’intérêt des investisseurs pour les biotechs européennes. D’autant plus que si Medicxi lance le premier fonds de capital croissance pour ce secteur, d’autres initiatives de même nature sont sur le point de suivre. 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."