Bilan

UBS trouve un accord pour résoudre des litiges aux USA

UBS a conclu une série d'accords avec les autorités américaines pour résoudre plusieurs dossiers épineux. La banque s'est acquittée d'un total de 545 millions de dollars d'amendes.

L'immunité a été accordée à UBS pour avoir rapporté en premier au DoJ des écarts de conduite dans le négoce et pour avoir "pleinement coopéré" avec les autorités américaines et internationales.

Crédits: Reuters

UBS s'est acquittée d'un total de 545 mio USD d'amendes pour résoudre plusieurs litiges sur le marché du change et du Libor avec les autorités américaines. La banque échappe aux poursuites judiciaires concernant les soupçons de manipulation des devises et à une amende du Département américain de la Justice (DoJ). Elle se voit proposer une immunité conditionnelle dans ce dossier. Les investisseurs ont applaudi mercredi ces annonces, notamment les versements inférieurs aux attentes.

L'immunité a été accordée à UBS pour avoir rapporté en premier au DoJ des écarts de conduite dans le négoce et pour avoir "pleinement coopéré" avec les autorités américaines et internationales.

La banque versera par contre 342 mio USD (320,1 mio CHF) au conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour solder le litige sur les devises.

Dans l'affaire de manipulation du Libor, le DoJ a mis fin à l'accord de non-poursuite pénale d'UBS conclu en 2012. L'établissement zurichois devra plaider coupable, payer une amende de 203 mio USD (190 mio CHF) et sera mis à l'épreuve pendant trois ans. La justice américaine renonce par ailleurs à des poursuites concernant des manipulations dans le secteur des métaux précieux.

Le montant des amendes a été entièrement couvert par les provisions et n'aura aucun impact financier sur les résultats au deuxième trimestre, selon un communiqué. Pour faire face aux différents litiges, la banque zurichoise disposait fin mars de 2,727 mrd CHF de réserves.

"Le comportement d'un petit nombre d'employés a été inacceptable et nous avons pris des mesures disciplinaires appropriées", ont indiqué le directeur général (CEO) Sergio Ermotti et le président Axel Weber, évoquant une "politique de tolérance zéro".

"ASSEZ, C'EST ASSEZ"

Les autorités américaines ont tenu dans l'après-midi une conférence de presse pour commenter notamment le cas UBS. Elles n'ont pas eu des mots assez durs à l'encontre de la grande banque, déjà épinglée dans d'autres affaires. "L'UBS a un casier judiciaire bien chargé. Assez, c'est assez", a lancé la procureure Leslie Caldwell.

La banque zurichoise a réalisé des progrès depuis l'éclatement de l'affaire de manipulation du Libor. Ce n'est toutefois pas encore suffisant, pour les autorités US. Avec le nouvel accord signé par UBS, les mesures devraient être renforcées et accélérées.

La résolution de ces litiges était largement anticipée après diverses rumeurs dans les médias. Le montant total des amendes payées par UBS est cependant nettement en dessous des 800 mio USD évoqués par le "Financial Times". Ce dernier s'attendait à ce qu'UBS, Barclays, Royal Bank of Scotland, JPMorgan et Citigroup s'acquittent d'une amende totale supérieure à 6,0 mrd USD (5,6 mrd CHF) au DoJ.

JPMorgan Chase et Citigroup ainsi que Barclays et RBS devraient suivre mercredi, ce qui pourrait aboutir à des milliards de dollars d'amende à la fin de la journée, selon l'agence AFP.

En novembre 2014, UBS avait été condamnée à payer un total de 774 mio CHF d'amendes aux régulateurs en Suisse, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour manipulation des taux de change. Le montant des indemnités était totalement couvert par les provisions de l'établissement. Plusieurs autres grandes banques avaient également été condamnées dans cette affaire.

En mars 2015, UBS a passé un accord dans le cadre de la plainte civile aux Etats-Unis concernant les manipulations de taux de change. La banque a versé 135 mio USD aux plaignants.

SOULAGEMENT DES ANALYSTES

La banque "continue de coopérer avec les autres autorités" qui ont lancé des enquêtes sur des accusations de manipulation du marché des devises et de plusieurs taux interbancaires.

La Bourse suisse a réagi avec soulagement à ces annonces. A la fin de séance, le titre UBS a progressé de 3,2% à 20,46 CHF, dans un SMI en hausse de 0,26%.

"UBS a été en mesure de régler le dossier des devises (...) à des conditions que nous estimons nettement meilleures qu'anticipé", ont souligné les analystes de la banque Vontobel. Cette dernière avait tablé sur des provisions pour litiges de 2 mrd CHF en 2015, mais ces estimations sont trop élevées. Les analystes pourraient donc revoir à la hausse leurs estimations de bénéfice par action.

Le taux de fonds propres de 13% "n'est pas menacé", permettant de relever le dividende futur, a pour sa part estimé la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

UBS est toujours dans le collimateur des régulateurs européens et américains pour d'autres litiges, a averti Bank of America Merrill Lynch. Les résultats au 2e trimestre devraient néanmoins être solides.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."