Bilan

UBS gonfle son bénéfice d'un cinquième au premier trimestre

Le bénéfice net trimestriel de la grande banque UBS s'est inscrit à 1,51 milliard de francs, en hausse de 19,3% sur un an.

Le groupe a également bénéficié d'un gain de 225 millions liés aux changements apportés à la caisse de pension d'UBS.

Crédits: keystone

La grande banque UBS a dégagé au premier trimestre 2018 un résultat nettement amélioré en rythme annuel, grâce notamment à une baisse des charges. Dans l'activité stratégique de gestion de fortune, la collecte s'est révélée favorable. La capitalisation de la banque s'est quelque peu érodée.

Le bénéfice net trimestriel s'est inscrit à 1,51 milliard de francs, en hausse de 19,3% sur un an, indique UBS lundi. La hausse atteint 16,7% pour le résultat avant impôts, à 1,97 milliard.

"Le début de l'exercice 2018 a été excellent et nos résultats reflètent une fois de plus la force de nos activités diversifiées", déclare le directeur général (CEO) Sergio Ermotti, cité dans le communiqué.

Le produit d'exploitation a gonflé de 2,2% à 7,70 milliards de francs, alors que les charges d'exploitation ont reculé de 2,0% à 5,73 milliards. Les frais de restructuration ont atteint 64 millions, à comparer aux 341 millions du quatrième trimestre.

Le groupe a également bénéficié d'un gain de 225 millions liés aux changements apportés à la caisse de pension d'UBS.

Les avoirs sous gestion au niveau du groupe se sont fixés à 3155 milliards, en léger recul (-0,8%) sur trois mois.

La division Global Wealth Management a enregistré des afflux nets d'argent de 19 milliards, contre 13,8 milliards au quatrième trimestre 2017. Les entrées proviennent de toutes les régions. Cette unité a dégagé un résultat avant impôts corrigé en hausse de 7%.

Hausse des actifs pondérés au risque

La banque d'affaires s'inscrit également en hausse, malgré des marchés peu favorables sur certains produits, comme les devises. Dans la gestion d'actifs, l'afflux d'argent frais a atteint 26,6 milliards, sans toutefois prendre en compte les fluctuations des marchés monétaires. Cette unité a également amélioré son résultat.

En comparaison à fin décembre, la banque a vu son ratio de fonds propres durs s'étioler de 0,7 point de pourcentage à 13,1%. Le ratio de levier est passé à 3,76% de 3,69%.

Les actifs pondérés au risque (RWA), soit les fonds propres requis en fonction du niveau de risque, ont augmenté de près de 7% à 254 milliards de francs. La volatilité croissante des marchés au cours du trimestre ainsi que les changements et mises à jour de la réglementation expliquent cette hausse, selon le communiqué.

Les provisions pour litiges ont été réduites de 11 millions de francs.

UBS s'attend à un ralentissement saisonnier de l'activité de la banque d'affaires et de la gestion de fortune au deuxième trimestre. Les coûts de financement, notamment pour la dette à long terme, s'avèreront également plus élevés, prévient l'établissement zurichois.

Le résultat du deuxième partiel devrait illustrer les progrès réalisés par la grande banque dans le but d'atteindre ses objectifs stratégiques et financiers, assure le communiqué, sans toutefois fournir davantage de précisions.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."