Bilan

UBS et Credit Suisse dans le rouge après l'annonce du Conseil fédéral

Le Conseil fédéral a annoncé le resserrement des exigences en termes de capital pour les établissements présentant un risque systémique. Les nouvelles normes sont plus strictes que prévu.

Peu après 11h30, la nominative UBS cédait 0,1% à 19,01 CHF, et celle de son concurrent Credit Suisse 2,5% à 23,41 CHF.

Crédits: Keystone

Les titres des deux colosses bancaires UBS et Credit Suisse ont entamé la séance de jeudi dans le rouge. Ils occupent le devant de la scène au lendemain de l'annonce par le Conseil fédéral d'un resserrement des exigences en termes de capital pour les établissements présentant un risque systémique. A en croire les analystes, les nouvelles normes sont plus strictes que prévu, mais restent à la portée des deux grandes banques.

Peu après 11h30, la nominative UBS cédait 0,1% à 19,01 CHF, et celle de son concurrent Credit Suisse 2,5% à 23,41 CHF. L'action du numéro deux bancaire helvétique avaient déjà accusé un repli de 3,6% la veille suite à la publication de résultats trimestriels décevants et d'une réorientation stratégique prévoyant une augmentation de capital. Leur indice de référence SMI avait au contraire le vent en poupe, s'adjugeant 0,40%.

Afin d'éviter à l'État de devoir renflouer des banques d'importance systémique avec de l'argent public, comme ce fut le cas avec UBS en 2008, le gouvernement a resserré la vis en termes de couverture de capital pour ces établissements.

Les fonds propres réglementaires devront représenter d'ici 2019 au moins 5% du bilan non pondéré (leverage ratio, 3,1% actuellement) et 14,3% des actifs pondérés en fonction des risques pour UBS et Credit Suisse.

L'annonce des nouvelles exigences était attendue, après une dépêche publiée la semaine dernière par une agence de presse évoquant un leverage ratio à 5% sur le modèle américain, qui avait fait plonger le titre des deux valeurs bancaires.

Pour Andreas Venditti, de la banque Vontobel, les nouvelles exigences sont considérablement plus élevées que ce qui était attendu, mais estime que les deux banques devraient parvenir à y répondre avant la fin du délai imposé.

Les experts de la Banque cantonale de Zurich (ZKB) considèrent également que les nouvelles normes ne constituent pas des obstacles insurmontables pour les deux établissements. Credit Suisse devrait être en conformité après les mesures de capital annoncées, alors que pour UBS cela va sans doute être le cas déjà d'ici la fin de l'année.

L'annonce est à considérer comme positive, estime la ZKB, dans la mesure où elle met un terme à un des principaux facteurs d'incertitude. Vontobel souligne par ailleurs que la Suisse est le premier pays au monde à introduire de telles normes de "going concern" (continuité de l'exploitation).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."