Bilan

UBS enregistre un bénéfice en hausse de 80%

UBS a enregistré un bénéfice net en hausse de 80% sur un an à 1,27 milliard de francs au premier trimestre. Toutes les divisions et les régions ont contribué à l'amélioration de la performance.

UBS dépasse assez largement les prévisions en termes de profits, de recettes, de résultats de certaines divisions et de capitalisation. 

Crédits: Keystone

Le géant bancaire UBS a bouclé le 1er trimestre 2017 sur une bénéfice net en hausse de 80% sur un an à 1,27 mrd CHF. Toutes les divisions et les régions ont contribué à l'amélioration de la performance, indique la grande banque vendredi. L'activité de gestion de fortune Amériques a toutefois échoué à satisfaire les attentes. La confiance reste de mise pour le groupe malgré les difficultés rencontrées sur les marchés.

"Nos très bons résultats pour le premier trimestre soulignent la puissance et le potentiel de notre marque", commente le directeur général (CEO) Sergio Ermotti, cité dans le communiqué. Le numéro un bancaire helvétique a bénéficié en début d'année de l'amélioration du moral des investisseurs et de l'activité des clients.

Lors du premier partiel, UBS a dégagé un bénéfice avant impôts de 1,69 mrd CHF, soit une progression de 73%. Ajusté des coûts juridiques et de restructuration, cet indicateur s'est envolé de 42% à 1,93 mrd CHF.

Le produit d'exploitation s'est étoffé de 10,2% à 7,53 mrd CHF, tandis que les charges ont stagné (-0,2%) à 5,84 mrd. Le ratio coûts/revenus affiche une amélioration de 8,1 points de pourcentage à 77,6%. Le rendement des fonds propres a bondi de près de 5 points à 10,9%.

Dans le détail, la division de gestion de fortuné dévolue au continent américain (WM Americas) a amélioré son bénéfice avant impôts ajusté de 43% à 301 mio CHF et celle pour le reste du monde (WM) de 17% à 639 mio CHF. La marge nette pour l'ensemble de ces activités a grappillé 2 points de base (pb) pour atteindre 20 pb.

La banque d'affaires (Investment Banking) a vu son résultat avant impôts ajusté progresser de quelque 90% à 480 CHF. L'unité P&C Banking a inscrit un bénéfice avant impôts ajusté de 418 mio CHF, en hausse de 4,8%

De l'argent frais rentre

La banque de défaisance (Non-core and legacy portfolio) a inscrit une perte avant impôts de 93 mio CHF, divisée par deux sur un an.

De janvier à mars, les afflux d'argent frais dans la gestion de fortune ont atteint 20,5 mrd CHF, pour des entrées nettes groupe de 3,9 mrd. La masse sous gestion s'est bonifiée de 4,0% en trois mois à 2934 mrd CHF. Au quatrième trimestre 2016, la grande banque avait subi des reflux nets de 1,1 mrd CHF.

La capitalisation affiche également une amélioration. Le ratio de fonds propres durs (CET1, totalement appliqué) a grappillé 0,1 point de pourcentage par rapport à fin décembre pour se fixer à 14,1%. Une augmentation similaire est constatée pour le ratio de levier, à 3,6%.

UBS dépasse assez largement les prévisions du consensus AWP en termes de profits, de recettes, de résultats de certaines divisions et de capitalisation. Les exceptions sont à chercher dans la gestion de fortune. WM est peu ou prou dans la cible tandis que WM Americas déçoit totalement les attentes.

Les frais de restructuration au premier trimestre ont atteint 243 mio CHF, contre 372 mio la période précédente. Par rapport à 2013, la banque aux trois clés a abaissé sa base de coûts de 1,7 mrd CHF. L'objectif consiste toujours d'atteindre des économies totales 2,1 mrd à fin 2017.

Pour l'exercice en cours, UBS ne fournit dans son communiqué aucune prévision chiffrée mais affirme être bien positionnée pour faire face aux défis.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."