Bilan

UBS condamnée à verser 774 millions de francs suisses d'amendes

L'UBS a été condamnée à payer 774 millions de francs suisse d'amendes aux régulateurs suisses, britanniques, américains pour manipulation des taux de change. Plusieurs autres banques sont concernées.

Les régulateurs ont estimé que des employés d'UBS avaient tenté de manipuler les taux de change de plusieurs devises.

Crédits: Wikipedia

 UBS a été sanctionnée mercredi pour un montant total de 774 millions de francs suisse par les régulateurs en Suisse, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour manipulation des taux de change, au côté d'autres grandes banques. Le montant des indemnités est couvert par les provisions. Les analystes se sont déclarés soulagés, mais d'autres enquêtes planent encore au-dessus du numéro un bancaire helvétique.

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a, parmi d'autres mesures, confisqué des bénéfices à hauteur de 134 millions de francs suisse. UBS versera également 290 millions de francs suisse d'amende au régulateur américain du marché des matières premières CFTC et 234 millions de livres sterling au régulateur britannique des marchés financiers FCA, a précisé la banque dans un communiqué.

Les régulateurs ont estimé que des employés d'UBS avaient tenté de manipuler les taux de change de plusieurs devises et que les salariés de la banque avaient échangé des informations "confidentielles" avec des collègues d'autres banques. Les monnaies concernées étaient celles du "G10", les dollars américain, canadien, australien et néo-zélandais, ainsi que l'euro, le yen, la livre britannique, les couronnes norvégienne et suédoise et le franc suisse.

UBS a souligné avoir pris "des mesures disciplinaires appropriées" contre les employés concernés. Le groupe continue de coopérer avec les régulateurs.

Ces annonces "constituent une étape importante dans notre processus de transformation et vers la clôture pour UBS d'une affaire concernant l'ensemble du secteur", a indiqué le directeur général (CEO) d'UBS, Sergio Ermotti, cité dans le communiqué.

ENQUÊTES CLOSES PAR LA FINMA

Le montant des amendes est totalement couvert par les provisions effectuées par la banque au troisième trimestre, a-t-elle souligné. Fin octobre, le groupe avait annoncé avoir mis de côté 1.8 milliard de francs suisse, faisant gonfler les réserves pour les contentieux à 3.5 milliards de francs suisse.

Le Finma a "clos une procédure d'enforcement ouverte à l'encontre d'UBS SA en lien avec les activités de négoce de devises de la banque", selon un communiqué séparé.

Le gendarme suisse des marchés financiers "a constaté que des collaborateurs de la banque travaillant à Zurich/Opfikon avaient, durant une longue période et de manière répétée, pour le moins tenté de manipuler des valeurs de référence sur le marché des devises".

Il a également constaté "que des collaborateurs avaient gravement violé les règles de comportement dans le négoce des devises ainsi que dans celui des métaux précieux". La banque a ainsi "gravement contrevenu à l'exigence de garantie d'une activité irréprochable".

Outre les montants confisqués, la Finma a ouvert des procédures d'"enforcement" contre 11 personnes impliquées. UBS a été obligée de procéder à l'automatisation d'au moins 95% du négoce global de devises et à séparer le négoce pour compte propre de celui pour les clients. Le régulateur a par contre clos les procédures contre trois autres banques suisses qui n'ont pas été identifiées.

La banque zurichoise n'est pas au bout de ses peines. La Commission de la concurrence (Comco) poursuit son enquête sur d'éventuelles ententes sur le marché des changes entre instituts bancaires, notamment UBS, Credit Suisse, la Banque cantonale de Zurich (ZKB), Julius Bär, JP Morgan Chase, Citigroup, Barclays Bank et Royal Bank of Scotland (RBS).

D'autres régulateurs et institutions enquêtent également sur ce dossier, notamment le Département de la Justice (DoJ) et la Réserve fédérale aux Etats-Unis et le régulateur de Hong Kong.

UN MARCHÉ À 5300 MILLIARDS PAR JOUR

Les investigations sur les manipulations du Forex, qui couvrent la période de janvier 2008 à octobre 2013, ont pris une dimension internationale, les régulateurs aux Etats-Unis au Royaume-Uni et en Suisse ayant ouvert des enquêtes sur des soupçons de manipulation des taux de changes.

Outre-Atlantique, la CFTC a ainsi imposé une amende totale de 1,4 milliard de dollars (1,35 milliard de francs suisse) à Citibank, HSBC, JPMorgan, RBS et UBS pour tentative de manipulation des taux de changes. La FCA britannique a pour sa part imposé une amende de 1,1 milliard de livres sterling (1,7 milliard de francs suisse) à ces mêmes établissements.

Le régulateur britannique a indiqué "ne pas tolérer des comportements mettant en péril l'intégrité du marché". Les banques épinglées "doivent s'assurer que leurs courtiers ne manipulent pas le système pour booster les profits", a insisté le directeur général de la FCA, Martin Wheatley.

Le marché des devises est l'un des plus liquides avec un chiffre d'affaires moyen de 5300 milliards de dollars par jour, dont 40% sont réalisés à Londres.

A la Bourse suisse, les investisseurs ont positivement réagi à cette annonce, même si elle était attendue. La nominative UBS prenait 0,2% à 16,79 francs suisse, dans un SMI en baisse de 0,20% à 12h09.

Les analystes de Vontobel ont applaudi cet accord, qui réduit le nombre de litiges auxquels est confronté UBS. Cette dernière dispose toujours de fonds propres importants pouvant être utilisés pour les litiges en cours.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."