Bilan

UBS améliore sa rentabilité au troisième trimestre

La banque UBS a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net en hausse de 14,4% sur un an à 946 millions de francs.

L'afflux net d'argent nouveau pour les unités de gestion de fortune s'est établi à 2,4 milliards.

Crédits: keystone

La banque UBS est parvenue à améliorer sa rentabilité au troisième trimestre, tout en poursuivant sur la voie des réductions de coûts, a-t-elle annoncé vendredi. Le groupe espère profiter de l'embellie économique mondiale, mais reste prudent en raison notamment des taux négatifs qui continuent de peser sur les marges.

Le bénéfice net est ressorti en hausse de 14,4% sur un an à 946 mio CHF entre juillet et septembre, tandis que le résultat avant impôts a bondi de 39,2% à 1,2 mrd, a précisé la banque aux trois clés dans un communiqué.

Le produit d'exploitation s'est pour sa part amélioré de 1,7% à 7,1 mrd, alors que les charges ont été réduites de 3,7% à 5,9 mrd. Le groupe vise toujours des réductions de coûts nettes de 2,1 mrd d'ici la fin de l'année, dont 1,9 mrd ont été atteints fin septembre.

Ces chiffres clés dépassent les prévisions des analystes interrogés par AWP. Ces derniers tablaient sur un profit net de seulement 896 mio CHF, un résultat avant impôts de 987 mio et des recettes de 7,0 mrd.

L'afflux net d'argent nouveau pour les unités de gestion de fortune s'est établi à 2,4 mrd CHF pendant la période sous revue, après des entrées de fonds de 7,5 mrd CHF au deuxième trimestre. La marge nette est restée à 19 points de base.

Parmi les principales divisions du groupe, l'activité de gestion de fortune a enregistré un bénéfice avant impôts de 587 mio CHF, en hausse de 16,5% sur un an grâce à la hausse des recettes et la maîtrise des coûts.

Perspectives positives mais prudentes

L'unité de gestion de fortune dédiée aux Amériques a quant à elle vu son résultat avant impôts diminuer de 1,6% à 315 mio CHF. Les recettes ont certes progressé, mais les coûts ont augmenté notamment en raison de la rémunération des conseillers financiers et des investissements.

Dans la banque d'affaires, le bénéfice avant impôts a bondi de 67,1% à 269 mio CHF, profitant là aussi de recettes en hausse et d'une compression des dépenses.

Dans l'ensemble, le groupe affiche une capitalisation solide avec un ratio de fonds propres durs (CET 1, pleinement appliqué) de 13,7%, en repli de 0,3 point de pourcentage sur un an, mais bien au dessus des 13% définis dans les objectifs du groupe. Le ratio de levier s'est quant à lui amélioré de 0,3 point à 3,7%.

En guise de perspective, l'établissement zurichois table sur une "nouvelle embellie de la reprise économique mondiale", même si des risques géopolitiques et macroéconomiques persistent, tout comme les taux négatifs en Suisse. "UBS est bien positionnée pour faire face à ces défis et pour bénéficier de nouvelles améliorations des conditions de marché", a-t-elle indiqué, sans préciser d'objectifs chiffrés.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."