Bilan

Tyler et Cameron Winklevoss: premiers milliardaires en bitcoin

Opposés à Mark Zuckerberg suite à la création de Facebook, les frères Tyler et Cameron Winklevoss sont devenus les premiers milliardaires en bitcoin suite à l'envolée de la monnaie cryptée ces dernières semaines.

Tyler et Cameron Winklevoss, les deux premiers milliardaires devant leur fortune (principalement) au bitcoin.

Crédits: AFP

Ils avaient investi 11 millions de dollars en 2013: l'envolée du cours du bitcoin au cours des semaines écoulées a porté ce montant à plus d'un milliard de dollars au 3 décembre 2017, à la faveur de l'envolée du bitcoin ayant atteint les 11'800$ dimanche 3 décembre. Faisant de Tyler et Cameron Winklevoss les premiers milliardaires en bitcoin, selon le site du quotidien britannique The Telegraph. Un destin hors normes pour ces anciens étudiants de Harvard, opposés à Mark Zuckerberg puis devenus investisseurs à succès ces dernières années.

Lire aussi: Le bitcoin passe 10'000 dollars, porté par les places asiatiques

Tout a débuté avec une entourloupe. Ou du moins ce que les deux étudiants de Harvard, Tyler et Cameron Winklevoss, deux jumeaux nés le 21 août 1981 à Southampton, dans l'état de New York, ont vu comme tel. Alors qu'ils partageaient une même colocation sur le campus de Harvard, les deux jeunes Américains imaginent un site de rencontres pour leurs homologues. Associés à Divya Narendra, ils fondent HarvardConnect (devenu plus tard ConnectU). Mais au même moment émerge à quelques pas de là The Facebook (devenu entretemps Facebook), un réseau permettant aux étudiants de se retrouver via des profils et des photos.

La bataille juridique s'achève avec 20 millions de dollars
et 1,2 millions d'actions Facebook

De cette concurrence entre deux portails similaires naît une rivalité, des accusations et une affaire judiciaire qui va empoisonner les premières années du site de Mark Zuckerberg. Les contacts établis à l'époque de la fondation des deux réseaux en ligne laissent certains juges penser que Mark Zuckerberg aurait largement pu puiser dans les idées des frères Winklevoss. En 2008, la bataille juridique s'achève avec 20 millions de dollars et 1,2 millions d'actions Facebook que reçoivent Tyler et Cameron.

Ce pactole, ils décident de le faire fructifier en investissant dans une série de startups, sites, réseaux et technologies nouvelles. En 2013, ils voient monter une monnaie cryptée fondée en 2009 et décident de miser sur sa croissance: «Les gens disent que c'est un système de Ponzi, une bulle. Ils ne veulent pas prendre cela au sérieux. Mais à un moment donné, cela changera pour devenir "les monnaies virtuelles sont là pour durer". Nous n'en sommes qu'aux premiers jours», expliquait Cameron Winklevoss dès 2013 au New York Times, pour expliquer ce choix audacieux à l'époque.

«Nous avons fait le choix de placer notre argent et notre foi dans un cadre mathématique dénué d'erreurs politiques ou humaines», ajoutait alors Tyler Winklevoss dans la même interview. «Cela fait quatre ans et nous attendons toujours que l'on nous prouve qu'il ne s'agit pas d'une alternative viable aux monnaies fiduciaires. Nous avons peut-être complètement tort, mais nous sommes curieux de voir jusqu'où ça va aller».

Gemini comme une bourse mondiale aux bitcoins

Quatre ans plus tard, ce choix audacieux a porté leur fortune au-delà de la barre du milliard de dollars, grâce à l'envolée du cours du bitcoin ces derniers mois. Un choix que les deux frères ne doivent pas regretter. D'autant plus qu'ils ont constamment cru dans leur investissement, allant jusqu'à créer en 2015 une bourse d'échange de bitcoin en ligne baptisée Gemini. Et ils avaient de très grandes ambitions pour ce portail: «Notre objectif est simple: rassembler les plus grands experts en sécurité, techniciens et ingénieurs financiers pour bâtir intégralement une bourse de niveau mondial, avec pour but premier la sécurité. Il est vrai que le bitcoin est la promesse d'une monnaie nouvelle et sans friction, mais cela peut devenir entièrement théorique si nous n'arrivons pas à bâtir un écosystème sans piratage, ni fraude ni brèche dans la sécurité», avertissait Tyler Winklevoss sur le site de Gemini lors de son lancement.

Si d'autres plateformes concurrencent Gemini, le bitcoin n'a pas déçu les deux anciens étudiants. Près de dix ans après la fin du feuilleton judiciaire avec Mark Zuckerberg, ils ont largement fait fructifier leur gain et pourraient désormais se positionner comme les autres enfants dorés de la génération qui a étudié à Harvard au début des années 2000.

Lire aussi: Faut-il fuir l’or pour acheter des bitcoins?

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."