Bilan

Trump accuse la Chine et l'Europe de manipuler leurs devises

A la mi-juin déjà, M. Trump s'en était pris avec virulence à Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), l'accusant de tout faire pour faire baisser l'euro et rendre les produits européens plus attractifs à l'export.

Au-delà de ces accusations à l'encontre de l'Europe et de la Chine, le milliardaire vise aussi la Banque centrale américaine (Fed).

Crédits: DR

Donald Trump a accusé une nouvelle fois mercredi l'Europe et la Chine de manipuler leurs devises à leur avantage et de stimuler leur économie pour mieux rivaliser avec les Etats-Unis, tout en appelant à en faire de même.

"La Chine et l'Europe jouent le grand jeu de la manipulation des devises et pompent de l'argent dans leur système pour faire concurrence aux Etats-Unis", a accusé le président américain sur Twitter.

"Nous devrions FAIRE COMME EUX ou continuer à rester assis comme des idiots à regarder les autres pays jouer leur petit jeu comme ils le font depuis de nombreuses années", a encore accusé le locataire de la Maison Blanche.

Draghi et la BCE

A la mi-juin déjà, M. Trump s'en était pris avec virulence à Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), l'accusant de tout faire pour faire baisser l'euro et rendre les produits européens plus attractifs à l'export.

M. Draghi s'était simplement contenté de noter que la BCE n'avait pas d'objectif de taux de change et envisageait de baisser les taux parce que l'inflation était trop basse.

Mais au-delà de ces accusations à l'encontre de l'Europe et de la Chine --avec qui il a déclenché une guerre commerciale depuis plus d'un an pour arracher d'importantes concessions commerciales et structurelles--, le milliardaire vise aussi la Banque centrale américaine (Fed).

Il lui reproche sur un ton très vif, et singulièrement à son président Jerome Powell, qu'il a nommé, non seulement d'avoir trop augmenté les taux, mais surtout de ne pas les baisser pour soutenir l'économie.

La première économie du monde, qui vient d'entrer dans la plus longue période d'expansion de son histoire, donne des signes de ralentissement alors que M. Trump est en campagne pour conquérir un deuxième mandat.

Il estime --et nombre d'économistes partagent cet avis-- que la Fed devrait abaisser les taux rapidement pour donner de l'oxygène au PIB.

De nouveaux partisans

Le président a annoncé mardi la nomination de deux partisans d'une baisse des taux pour siéger au Comité monétaire de la Fed. Mais ces deux candidats doivent encore être confirmés par le Sénat.

La Fed ouvert la porte à une baisse du loyer de l'argent à sa dernière réunion de juin et les marchés parient désormais sur une première baisse dès le mois de juillet.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."