Bilan

Trois ex-salariés de Barclays coupables de manipulation du Libor

Trois anciens employés de la banque Barclays ont été reconnus coupables d'avoir manipulé entre juin 2005 et août 2007 la version en dollar du taux interbancaire Libor.

Le scandale avait éclaté au grand jour en 2012 lorsque Barclays avait révélé qu'elle devait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes au Royaume-Uni et aux États-Unis sur des manipulations.

Crédits: Reuters

Trois anciens employés de la banque Barclays ont été reconnus coupables lundi par un tribunal londonien de manipulation du taux interbancaire Libor, à l'issue du troisième procès au Royaume-Uni sur ce vaste scandale.

Leur condamnation, ainsi que celle d'un quatrième banquier qui avait plaidé coupable, Peter Johnson, seront annoncées plus tard dans la semaine par le tribunal de Southwark à Londres.

Jay Merchant, Jonathan Mathew et Alex Pabon ont été reconnus coupables d'avoir manipulé entre juin 2005 et août 2007 la version en dollar du Libor. M. Mathew est britannique et MM. Merchant et Pabon ont la nationalité américaine.

"En tant qu'employés de Barclays, ils ont conspiré entre eux et avec d'autres individus" pour influer sur les taux du Libor de façon "à infliger un préjudice économique à d'autres", a expliqué dans un communiqué l'Office de lutte contre la grande délinquance financière britannique (SFO).

Deux anciens collègues des banquiers reconnus coupables, Stylianos Contogoulas et Ryan Reich, étaient aussi jugés pour les mêmes motifs mais le jury n'est pas parvenu à un verdict à leur sujet. Le SFO a 14 jours pour demander ou non un nouveau procès à leur encontre.

"Le jugement de ressortissants américains dans ce pays montre en outre que la réponse aux manipulations du Libor a été internationale, via une coopération renforcée entre les autorités britanniques et américaines", s'est félicité le directeur du SFO, David Green, insistant sur la "malhonnêteté" des coupables.

Le Libor (pour "London Interbank Offered Rate") est un taux interbancaire de référence dans le monde de la finance ayant une incidence sur une masse énorme de produits financiers dont certains prêts aux ménages et aux entreprises.

Le scandale avait éclaté au grand jour en 2012 lorsque Barclays avait révélé qu'elle devait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes au Royaume-Uni et aux États-Unis sur des manipulations. D'autres grands établissements ont dû depuis payer des milliards dans cette affaire.

Ce procès est le troisième concernant le scandale du Libor au Royaume-Uni. Tom Hayes, un banquier qui avait travaillé pour UBS et Citigroup, a déjà été condamné l'an dernier à 14 années de prison par un tribunal londonien, une peine ramenée à 11 ans en appel. Un deuxième procès s'était traduit par l'acquittement de six financiers en début d'année.

Le 4 septembre prochain s'ouvrira à Londres le procès de six individus poursuivis pour manipulation d'un autre taux interbancaire de référence, l'Euribor.

Leur condamnation, ainsi que celle d'un quatrième banquier qui avait plaidé coupable, Peter Johnson, seront annoncées plus tard dans la semaine par le tribunal de Southwark à Londres.

Jay Merchant, Jonathan Mathew et Alex Pabon ont été reconnus coupables d'avoir manipulé entre juin 2005 et août 2007 la version en dollar du Libor. M. Mathew est britannique et MM. Merchant et Pabon ont la nationalité américaine.

"En tant qu'employés de Barclays, ils ont conspiré entre eux et avec d'autres individus" pour influer sur les taux du Libor de façon "à infliger un préjudice économique à d'autres", a expliqué dans un communiqué l'Office de lutte contre la grande délinquance financière britannique (SFO).

Deux anciens collègues des banquiers reconnus coupables, Stylianos Contogoulas et Ryan Reich, étaient aussi jugés pour les mêmes motifs mais le jury n'est pas parvenu à un verdict à leur sujet. Le SFO a 14 jours pour demander ou non un nouveau procès à leur encontre.

"Le jugement de ressortissants américains dans ce pays montre en outre que la réponse aux manipulations du Libor a été internationale, via une coopération renforcée entre les autorités britanniques et américaines", s'est félicité le directeur du SFO, David Green, insistant sur la "malhonnêteté" des coupables.

Le Libor (pour "London Interbank Offered Rate") est un taux interbancaire de référence dans le monde de la finance ayant une incidence sur une masse énorme de produits financiers dont certains prêts aux ménages et aux entreprises.

Le scandale avait éclaté au grand jour en 2012 lorsque Barclays avait révélé qu'elle devait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes au Royaume-Uni et aux États-Unis sur des manipulations. D'autres grands établissements ont dû depuis payer des milliards dans cette affaire.

Ce procès est le troisième concernant le scandale du Libor au Royaume-Uni. Tom Hayes, un banquier qui avait travaillé pour UBS et Citigroup, a déjà été condamné l'an dernier à 14 années de prison par un tribunal londonien, une peine ramenée à 11 ans en appel. Un deuxième procès s'était traduit par l'acquittement de six financiers en début d'année.

Le 4 septembre prochain s'ouvrira à Londres le procès de six individus poursuivis pour manipulation d'un autre taux interbancaire de référence, l'Euribor.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."