Bilan

Thomas Jordan n'exclut pas d'abaisser encore les taux négatifs

Le président de la BNS Thomas Jordan a une nouvelle fois défendu la levée du plancher EUR/CHF et a rappelé que la banque centrale est prête à intervenir.

M. Jordan a également répondu aux critiques de certains entrepreneurs, qui accusent la BNS d'avoir levé le taux plancher au plus mauvais moment.

Crédits: Keystone

Le président de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan n'exclut pas un renforcement des taux négatifs. "Nous sommes déjà allés assez loin avec les taux négatifs. Nous suivons la situation de près", a déclaré le patron de la BNS au magazine "Bilanz", dans l'édition à paraître vendredi. M. Jordan a une nouvelle fois défendu la levée du plancher EUR/CHF et a rappelé que la banque centrale est prête à intervenir sur les marchés pour endiguer l'appréciation du franc.

Le chef de la BNS reste dubitatif quant à l'ancrage de la monnaie helvétique à un panier de devises, solution parfois avancée pour faire baisser la valeur du franc. "Nous avons abandonné le cours plancher car nous estimions cette solution non durable. Adopter à nouveau un concept très rigide ne ferait aucun sens", selon lui.

Thomas Jordan voit dans l'évolution du franc depuis le début de l'année une confirmation du bien-fondé de la politique menée par la BNS. La pression sur la devise suisse s'est certes relâchée, mais la dégradation de la conjoncture en Europe pourrait changer la donne. L'institut n'a toutefois pas fixé d'objectif de cours interne à environ 1,10 EUR/CHF. "La Banque nationale ne peut donner aucune garantie".

Dernièrement, des reflux importants ont été enregistrés, explique le banquier central. "Les taux négatifs sont très utiles à ce titre: ils agissent sur les flux d'argent en provenance d'économies avancées et émergentes car il existe des devises bien plus attrayantes que le franc", argumente-t-il.

M. Jordan a également répondu aux critiques de certains entrepreneurs, qui accusent la BNS d'avoir levé le taux plancher au plus mauvais moment. La banque centrale a beaucoup entrepris depuis la crise pour protéger l'économie, affirme son président. "Nous faisons tout le contraire d'étrangler l'économie ou l'industrie".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."