Bilan

Taux d'intérêt négatifs: une hirondelle ne fait pas le printemps

Les rendements des obligations de la Confédération à dix ans ont augmenté ces dernières semaines mais cette progression ne devrait pas avoir d'effet sur les taux d'intérêt.

Les rendements des obligations de la Confédération à dix ans ont augmenté temporairement autour de zéro et même un peu plus.

Crédits: Keystone

Les rendements des obligations de la Confédération à dix ans ont augmenté ces dernières semaines. Ils varient désormais autour de zéro, quittant la zone négative. Mais cette progression ne devrait pas avoir d'effet sur les taux d'intérêt, car en matière de politique monétaire une hirondelle ne fait pas le printemps.

En janvier 2015, la Banque nationale suisse (BNS) a aboli le cours plancher de l'euro à 1,20 franc. Elle a aussi renforcé les taux d'intérêt négatifs.

Les rendements des obligations de la Confédération à dix ans ont alors viré au rouge. Une situation absurde: les investisseurs ne savaient alors pas quoi faire de mieux avec leur argent que de le porter à l'Etat central et de payer pour que la Confédération le garde pendant dix ans.

Ces dernières semaines, une détente semble toutefois se faire ressentir. Les rendements des obligations de la Confédération à dix ans ont augmenté temporairement autour de zéro et même un peu plus.

Mais pour les experts, les taux d'intérêt négatifs ne sont pas près de disparaître. "Il est encore trop tôt, tout au moins pour les taux à court terme", explique à l'ats Roland Kläger, à la tête du secteur des investissements auprès de la banque Raiffeisen.

"Sur le marché des capitaux, les taux d'intérêt connaissent le développement prévu. Mais cela prend du temps jusqu'à ce que cette évolution se reflète sur le marché monétaire", ajoute-t-il.

Roland Kläger anticipe toutefois que, face à la normalisation en cours, les taux d'intérêt sur les marchés financiers ne seront plus aussi bas.

Hausse des taux allemands

Les rendements des obligations de la Confédération à dix ans sont liés à une légère hausse des taux allemands, précise Alessandro Bee, économiste chez UBS. Et ces derniers ont à leur tour été sensibles récemment au changement de ton de Francfort.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), l'Italien Mario Draghi, a en effet laissé entendre que l'institut francfortois pourrait resserrer sa politique monétaire à l'avenir, du fait de la vigueur de l'économie dans la zone euro.

Cette zone monétaire "ne devrait pas voir ses taux d'intérêt augmenter. Mais la simple annonce que la banque centrale mènera une politique monétaire moins expansionniste fournit une certaine marge de manoeuvre", poursuit Alessandro Bee.

Selon lui, la BCE renoncera à l'achat d'obligations d'Etat à grande échelle l'année prochaine. Si cette situation se concrétise, cela permettra à la BNS de relever ses taux d'intérêt une première fois mi-2018, et si d'ici là le franc s'affaiblit considérablement.

Fin de l'argent bon marché

L'achat d'obligations fait partie des instruments les moins conventionnels mais aussi les plus aiguisés de la BCE pour contrer la baisse des prix et le repli des investissements. Il inonde les marchés d'argent.

Ainsi, l'argent coule à nouveau dans l'économie, idéalement sous forme de prêts. Si l'institut d'émission européen ferme ses vannes, la BNS réagira, elle aussi.

"Une fin des taux d'intérêt négatifs n'est pas encore en vue", souligne Maxime Botteron, économiste auprès de Credit Suisse. Mais il y voit aussi une détente: "Le risque de voir les taux reculer n'existe plus, ce qui enlève de la pression".

Maxime Botteron prévoit que la BCE va d'abord abandonner son programme d'achat d'obligations, avant d'adapter ses taux en 2019. La Suisse lui emboîtera le pas plus tard.

Roland Kläger table sur un scénario similaire. "La BNS ne pourra pas augmenter ses taux d'intérêt trop tôt, sinon tous ses efforts seront vains", conclut celui qui pense que l'institut d'émission agira au plus tôt à la fin de l'année 2018, voire au début 2019.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."