Bilan

Syz acquiert Royal Bank of Canada

Le groupe bancaire Syz a conclu un accord en vue d'acquérir Royal Bank of Canada (Suisse), dont la masse sous gestion atteint 10 milliards de francs.

La banque privée suisse de Royal Bank of Canada (RBC) est active principalement en Amérique Latine, en Afrique et au Moyen-Orient. "Il s'agit d'une étape majeure dans la stratégie d'expansion du groupe" déclare Eric Syz, directeur général (CEO) du groupe.

Crédits: Keystone

Le groupe bancaire Syz a réalisé un pas important dans sa stratégie d'expansion sur les marchés émergents. La société genevoise s'est adjugée la filiale suisse de Royal Bank of Canada (RBC) pour un montant maintenu secret. La contribution de RBC au bénéfice devrait atteindre 30 mio CHF dès 2017, tandis que la masse sous gestion du groupe passera à 40 mrd CHF. Syz intègre par la même occasion le top 20 des banques privées suisses.

Le groupe genevois a signé un accord en vue d'acquérir Royal Bank of Canada (Suisse), a-t-il annoncé mardi. La masse sous gestion de la filiale helvétique se situait à 10 mrd CHF à fin octobre 2014. L'acquisition doit permettre à Syz de renforcer sa présence internationale, d'améliorer sa rentabilité et de réaliser d'importantes synergies.

"C'est un bon deal", a affirmé à AWP Eric Syz. Le directeur général (CEO) du groupe n'a pas souhaité apporter de détail sur le montant de la transaction.

La banque privée suisse de Royal Bank of Canada (RBC), dont le siège est à Genève, est active principalement en Amérique latine, en Afrique et au Moyen-Orient, marchés stratégiques pour Syz mais encore largement sous-exploités par l'établissement genevois.

En Amérique latine, le groupe gère uniquement des fonds au Brésil, à hauteur de 2 mrd CHF. Un bureau ouvert l'année dernière à Dubaï constitue pour l'instant la seule présence de la banque au Moyen-Orient. En ce qui concerne l'Afrique, Syz n'est "pratiquement pas présent et c'est ce qui rend cette acquisition intéressante", selon le CEO.

PAS DE RISQUES POUR SYZ

Suite à la transaction, l'activité de banque privée du groupe Syz verra sa masse sous gestion doubler à 22 mrd CHF, ce qui le placera dans le top 20 des banques privées suisses.

Les clients de RBC Suisse ne devraient pas réserver de mauvaises surprises à l'établissement genevois sur le plan fiscal ou judiciaire, assure Eric Syz. Une "analyse approfondie" a été menée pour déceler d'éventuels risques. Contrairement à Union Bancaire Privée, qui a préféré une cession d'actifs ("asset deal") lors de sa transaction avec Royal Bank of Scotland, respectivement Coutts, le groupe Syz a opté pour un rachat. "Nous avons conclu un share deal, ce qui nous met à l'abri d'éventuels problèmes", explique Eric Syz.

La filiale suisse de RBC compte environ 150 employés. D'éventuelles mesures les concernant n'ont pour l'instant pas été déterminées. Les répercussions pour le personnel de Syz sont également inconnues à ce jour. Le groupe genevois employait 440 personnes à fin 2014.

Pour RBC, la vente de la filiale suisse se justifie par un recentrement des activités vers les services destinés à la clientèle fortunée et très fortunée dans les régions prioritaires que sont l'Amérique du Nord, les Iles britanniques et l'Asie, indique l'établissement canadien dans un communiqué.

"Nous allons travailler main dans la main avec Syz afin d'assurer une transition en douceur pour les employés de RBC Suisse et ses clients", souligne George Lewis, directeur de RBC Wealth Management and Insurance, cité dans le communiqué.

La transaction doit encore faire l'objet d'un feu vert des autorités réglementaires susse. Elle doit prendre fin au cours du trimestre actuel, la fusion entre les deux entités est attendue pour la fin de l'année, tandis que l'intégration devrait être achevée au premier trimestre 2016.

RBC avait annoncé en novembre 2014 vouloir céder ses activités en Suisse. Fin juin, un article de presse avait fait état de négociations entre Syz et le groupe canadien. Le prix de la transaction avait été estimé entre 150 et 200 mio CHF. L'établissement genevois s'était alors refusé à tout commentaire.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."