Bilan

Swiss Space Systems va décoller en bourse

Deux ans après sa naissance, Swiss Space Systems (S3), la société aérospatiale basée à Payerne, annonce sa prochaine entrée en bourse. Une formule originale est proposée.
  • Swiss Space Systems (S3) veut envoyer des satellites dans l'espace mais aussi à plus long terme développer le transport sub-spatial.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • Pour les acquéreurs d'un Pack Platinum, une montre Breitling série limitée sera offerte et servira de boarding pass.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • Le siège de S3 est sis à Payerne, où un Spaceport devrait voir le jour.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • La navette SOAR, actuellement en phase de développement à Payerne, servira à mettre en orbite des satellites jusqu'à 250kg.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems

Pour embarquer le plus grand nombre dans l'aventure spatiale, Swiss Space Systems (S3), société basée à Payerne, propose des vols zéro gravité qui permettront aux passagers de ressentir l’apesanteur comme les astronautes. Mais la société née voici deux ans propose aussi à ceux qui le souhaitent d'embarquer dans l'aventure en devenant actionnaires de l'entreprise, à l'occasion de son introduction en bourse qui aura lieu avant la fin de l'année 2015.

Cette IPO intervient au terme d'un processus de dialogue entamé voici quelques mois entre les investisseurs et les dirigeants de la jeune société basée à Payerne (et qui y a investi pour racheter des terrains en 2014), le fondateur et CEO Pascal Jaussi en tête. Ce dernier a donc annoncé voici quelques jours que 34% du capital de la société seraient ouverts aux nouveaux investisseurs. Sur ces 34%, 1% a été réservé aux collaborateurs de la startup, tandis que 4% seront mis à la vente. Et ce capital sera accessible sous forme de deux packs différents: 4000 bons Gold à 1399 francs, et 800 bons Platinum à 6999 francs.

Un boarding pass transformable en actions

Originalité de la démarche: ces deux packs actionnaires sont avant tout des billets pour un (pack Gold) ou deux (pack Platinum) vols en micro-gravité tels que les commercialise S3 depuis quelques mois. «Un mois avant entrée en bourse, l’heureux bénéficiaire de l’un de ces packs devra confirmer son vol ZeroG Party Zone, ou au contraire communiquer à S3 sa volonté de convertir son billet pour l’obtention de 500 actions», explique Grégoire Loretan, porte-parole de S3. Un choix d'entrer entre entrer dans le capital ou vivre l'expérience zéro gravité proposée par la société.

Cependant, au-delà de l'originalité de l'offre, l'ouverture du capital de Swiss Space Systems marque aussi une étape majeure dans la croissance d'un des fleurons suisses de l'aéronautique et leader de l'aventure aérospatiale helvétique. Un développement capitalistique cette fois-ci, qui accompagne les développements stratégiques et technologiques: vols zéro gravité en 2015, mise au point d'une navette et assemblage en 2016, vols tests en 2017, déploiement de satellites jusqu'à 250kg en 2018,...

«Je recevais beaucoup de demande de la part de personnes qui souhaitaient investir de petites sommes dans notre entreprise et suis content de leur donner cette chance via cette opération inédite. C’est aussi une concrétisation de notre vision de l’espace pour tous, sachant que nous ne limitons pas l’actionnariat de S3 à des gros investisseurs, mais permettons à tous d’y entrer», explique pour sa part Pascal Jaussi. Et cette ouverture du capital a immédiatement rencontré un impressionnant succès: en une heure, plus d'un million de francs avaient été réunis par les petits porteurs sur la plateforme dévolue à cette opération.

Potentiel de long terme

Plus encore que l'enthousiasme des débuts, c'est le potentiel de long terme qui semble intéressant dans cette opération: voici quelques mois, «un organisme externe et indépendant a estimé la valeur de S3 à 120 millions de francs, en calculant un taux de rendement annuel moyen (WACC) de 15% et une marge opérationnelle de 30%, selon une projection conservatrice», précise Grégoire Loretan. Sur le créneau porteur de l'industrie aérospatiale privée qui se développe actuellement (comme le prouve le succès de SpaceX d'Elon Musk qui ravitaille la Station Spatiale Internationale en ce moment), Swiss Space Systems pourrait rapidement et durablement devenir un acteur majeur au niveau mondial.

Plus loin encore, Pascal Jaussi esquisse les transports à très grande vitesse de demain: des vols suborbitaux dont les aéronefs ne seront plus freinés par la résistance de l'air dans les couches basses de l'atmosphère mais pourront s'extraire de la gravité et relier très rapidement des villes très éloignées sur Terre, avec par exemple un vol Paris-Sydney en deux heures. Cette ambition s'appuie technologiquement sur les développements des «premiers étages de la fusée» (l’avion-porteur Airbus et la navette suborbitale réutilisable) et capitalistiquement sur les investisseurs institutionnels et particuliers.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."