Bilan

Salaire des managers: le réveil des actionnaires suisses

Deux ans après l’entrée en vigueur de l’initiative Minder, les actionnaires s’opposent toujours plus clairement aux abus en matière de rémunération, selon la Fondation Ethos.

Président de la Fondation Ethos, Dominique Biedermann constate une nette évolution dans l'attitude des entreprises depuis la mise en vigueur de l'initiative Minder.

Crédits: WALTER BIERI/KEYSTONE

Le diable est dans les détails, particulièrement lorsqu’il s’agit de gouvernance des sociétés helvétiques. En 2016, 18 résolutions d’actionnaires ont été refusées en assemblées générales des actionnaires. Parmi elles, les élections ou réélections d’une dizaine d’administrateurs, notamment chez Calida, Gategroup, Leclanché, Komax et Sika. Une contestation d’un niveau encore jamais vu en Suisse. Le résultat de deux ans d’application de l’initiative Minder, selon Dominique Biedermann, président d’Ethos. La Fondation qui regroupe plus de 200 caisses de pension avec le but de promouvoir l’investissement responsable tenait jeudi à Zurich sa conférence de presse annuelle.

« A première vue, des résolutions votées à quelque 90% en assemblée générale n’ont rien d’un échec. Néanmoins ce chiffre représente une barrière psychologie très forte. Un résultat inférieur constitue un signal d’alarme que le management va prendre considération, pour éviter une dégradation des relations avec les investisseurs », souligne Dominique Biedermann. Or en 2015, 12% des objets présentés aux assemblées générales ont reçu moins de 90% d’approbation. Une révolution.

Lire aussi: Ethos s'oppose aux salaires des dirigeants de Credit Suisse 

« Nous sentons aujourd’hui la pression qu’exerce Minder sur les sociétés. Certaines entreprises nous appellent spontanément pour solliciter notre avis sur leur politique. La situation a vraiment évolué. C’est comme si les entreprises avaient soudain compris qu’elles ont des actionnaires »,  poursuit Dominique Biederman.

Le thème des rémunérations reste évidemment crucial. Chez Sika, la famille Burkhard (qui détient 52% des voix) a refusé en 2015 et 2016 les rémunérations du conseil d’administration. En conséquence, le conseil n’a pas été payé durant deux ans. Prise dans une guerre de pouvoir, Sika n’est guère représentative de la norme. En effet, le conseil touchait en catimini des compensations de la part de Saint-Gobain, qui tentait de prendre le pouvoir chez Sika. Ce dossier démontre néanmoins que les actionnaires ont maintenant en Suisse un réel pouvoir sur les rétributions. « La Suisse est en cela un cas unique au monde », se félicite Dominique Biedermann.

Les données réunies par Ethos indiquent qu’une certaine agitation règne chez le concepteur de logiciels bancaires genevois Temenos. Les rémunérations du conseil d’administration ont été acceptées à 58% et les salaires du management, à 59% seulement. La réélection du fondateur George Koukis au conseil d’administration n’a été approuvée qu’à 69%.

Lire aussi: Salaires des patrons, les actionnaires se rebiffent 

Directeur d’Ethos, Vincent Kaufmann a rappelé: « Nous soutenons le principe l’inscription de règles de bonne gouvernance dans la révision de la Loi sur les actionnaires. » La Fondation soutient la ministre de la Justice Simonetta Sommaruga qui souhaite des mesures en faveur de la représentation féminine dans les conseils d’administration. La Suisse fait toujours figure de mauvais élève. Bien qu’en légère progression, la proportion de femmes s’établit 14% dans les sociétés helvétiques, contre 37% en France et 27% en Allemagne.

 

 

 

 

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."