Bilan

Reyl défend la "transparence" de ses pratiques lors du procès Cahuzac

En 2011, Jérôme Cahuzac s'est fait remettre en espèces, à Paris, de l'argent prélevé sur son compte caché géré par la banque Reyl, passé en 2009 de Suisse à Singapour.

La banque Reyl a accepté en janvier de payer à la France 2,8 millions d'euros dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable concernant les comptes de six résidents fiscaux français.

Crédits: AFP

Les responsables de la banque Reyl ont répondu lundi de pratiques relevant en France du blanchiment de fraude fiscale, dans le cadre du procès de l'ex-ministre Jérôme Cahuzac. L'établissement genevois a défendu la "transparence" de ses pratiques devant les juges, à Paris.

M. Cahuzac a été interrogé par le président sur un retrait en liquide - 20'800 EUR selon la banque, 10'000 selon le prévenu - en septembre 2011. Sous son nom de code, "Birdie", il se fait remettre en espèces, à Paris, cet argent prélevé sur son compte caché géré par la banque Reyl, passé en 2009 de Suisse à Singapour.

Cette remise en liquide fut une erreur "extrêmement dommageable", une "initiative" d'un employé qui a été "notifiée" en novembre 2013, alors que le scandale avait déjà éclaté, a souligné Thomas Fontaine, qui représente Reyl, jugée comme personne morale.

Le président, qui a invité son interlocuteur à "sortir des éléments de langage", s'est demandé si la banque genevoise avait "conscience" d'un éventuel problème autour de M. Cahuzac. "Il est difficile pour une personne morale d'avoir une conscience", a répondu M. Fontaine, défendant en revanche la "transparence totale" des pratiques de son établissement au regard de la loi suisse, qui ne condamne pas le blanchiment.

La banque Reyl a toutefois accepté en janvier de payer à la France une amende de 2,8 millions d'euros dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable (reconnaissance préalable de culpabilité) concernant les comptes de six résidents fiscaux français. Pourquoi le reconnaître pour six Français et pas pour M. Cahuzac?, demande le procureur.

La banque et ses conseils s'indignent, ont dénoncé un "amalgame" entre des affaires distinctes, rappellent que Reyl a "coopéré" avec la justice "sans caviarder les documents" à la différence d'autres établissements. "Nous n'avons plus aucun client européen non déclaré. Nous sommes en avance", s'est félicité M. Fontaine.

Le procès de Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale a repris le 5 septembre à Paris après une interruption en février pour des questions de procédure. Le directeur général (CEO) de Reyl & Cie François Reyl a été auditionné jeudi dernier.

Les audiences sont prévues jusqu'à jeudi 15 septembre, date à laquelle le jugement devrait être mis en délibéré. Les prévenus encourent jusqu'à sept ans de prison et un million d'euros d'amende.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."