Bilan

Remboursement limité pour deux traitements de l'hépatite C

Les caisses maladie remboursent de façon limitée deux nouveaux médicaments contre l'hépatite C.

Le médicament Harvoni de la société Gilead (États-Unis) et la combinaison de Viekirax et Exviera du groupe américain AbbVie sont remboursés depuis le 1er février. Le traitement qui dure en général douze semaines coûtent environ 62'000 francs avec les deux médicaments, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi, revenant sur une information publiée par le "Tages-Anzeiger" et le "Bund".

Crédits: DR

Les caisses maladie remboursent de façon limitée deux nouveaux médicaments contre l'hépatite C. Ces traitements onéreux ne sont financés qu'aux patients dont le foie est déjà fortement endommagé par le virus.

Le médicament Harvoni de la société Gilead (États-Unis) et la combinaison de Viekirax et Exviera du groupe américain AbbVie sont remboursés depuis le 1er février. Le traitement qui dure en général douze semaines coûtent environ 62'000 francs avec les deux médicaments, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi, revenant sur une information publiée par le "Tages-Anzeiger" et le "Bund".

Cependant, le traitement n'est pris en charge par l'assurance de base que pour les patients dont le foie est déjà gravement atteint, ou qui auraient, si le foie est sain, développé une autre maladie, de la peau ou des reins.

RAISONS MÉDICALES ET ÉCONOMIQUES

La restriction permet de s'assurer que le médicament n'est remboursé par l'assurance de base que quand le patient en a le plus besoin et que le bénéfice thérapeutique le plus important peut être atteint. L'OFSP a appliqué la même méthode il y a environ un an quand il a donné son feu vert à l'utilisation d'un autre médicament contre l'hépatite, Sovaldi de Gilead.

Selon l'OFSP, le risque est faible, malgré la restriction, que le virus de l'hépatite C entraîne une cirrhose, un cancer du foie ou une insuffisance hépatique, des maladies, dont le traitement est aussi onéreux.

Les personnes qui ont été infectées par le virus de l'hépatite C ne développeront pas toutes une grave maladie du foie. La Suisse compte environ 33'000 cas déclarés d'hépatite C. L'OFSP table elle sur 83'000 personnes porteuses du virus. Beaucoup d'entre elles ne sont pas conscientes d'être infectées.

L'OFSP note également que les compagnies pharmaceutiques qui détiennent les brevets de ces médicaments "sont parmi les représentants de l'industrie pharmaceutique qui essaient de générer autant d'argent que possible en faisant rembourser leurs produits par les assurances santé des pays développés".

TRANSMISSION PAR LE SANG

Le virus de l'hépatite C est transmis par le sang. Le groupe suisse d'experts pour l'hépatite virale (SEVHep) a averti dès 2013 de l'arrivée d'une vague de maladies liées à l'hépatite. Beaucoup de personnes ont été infectées dans les années 60 à 80, en consommant de la drogue ou en s'adonnant à une sexualité libre. Les complications arrivent ensuite avec l'âge.

Les transfusions sanguines et un matériel médical insuffisamment stérilisé ont aussi conduit à de nombreuses infections. Le pic est attendu pour les années 2020-2025.

Selon l'OFSP, environ un quart de tous les médicaments figurant sur la liste des spécialités ne sont remboursés par les assureurs maladie que sous certaines conditions.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."