Bilan

Raoul Weil soupçonne des motivations politiques derrière son procès

L'ancien numéro trois d'UBS, Raoul Weil, soupçonne des motivations politiques derrière les poursuites engagées à son encontre. Il accuse la justice américaine d'employer une tactique d'usure.

L'ancien responsable de la gestion de fortune chez UBS s'étonne que la justice suisse ne poursuive pas les témoins de l'accusation, qui ont passé un accord avec la justice américaine pour donner des informations sur les clients d'UBS en dépit du secret bancaire.

Crédits: AFP

L'ancien numéro trois d'UBS, Raoul Weil, acquitté il y a quelques jours des accusations de complicité de fraude fiscale aux Etats-Unis, soupçonne des motivations politiques derrière les poursuites engagées à son encontre. Il accuse la justice américaine d'employer une tactique d'usure.

"On voulait mettre UBS à genoux et forcer le gouvernement suisse à abandonner le secret bancaire, objectif qui a abouti", déclare dans une interview diffusée dimanche par la "NZZ am Sonntag" Raoul Weil, blanchi après un procès de trois semaines en Floride.

Pour l'ancien banquier, son cas a démontré que les comptes non déclarés sont en principe "complètement légaux". "Si la décision du juge était tombée plus tôt, probablement moins de banques suisses se seraient déclarées dans la catégorie 2 du programme américain de régularisation fiscale". Certaines banques l'ont fait par crainte, relève-t-il.

"ME CUISINER À PETIT FEU"

Raoul Weil se montre dur avec le ministère public américain, qui l'a arrêté et inculpé. "On a essayé de me démoraliser". Il cite par exemple le fait que l'envoi de millions de pages à examiner non triées l'a contraint à une assignation à domicile de dix mois. Même en prison, il affirme avoir été victime d'intimidation. "On voulait me cuisiner à petit feu", s'insurge-t-il.

Il reproche également aux procureurs d'avoir cru trop facilement les déclarations des témoins, dont celles de Martin Liechti, le responsable des opérations du numéro un bancaire helvétique en Amérique du Nord. "Ils ont pris tout ce que ces messieurs ont dit entre avril et octobre 2008 pour argent comptant".

L'ancien responsable de la gestion de fortune chez UBS s'étonne que la justice suisse ne poursuive pas les témoins de l'accusation, qui ont passé un accord avec la justice américaine pour donner des informations sur les clients d'UBS en dépit du secret bancaire. "Je trouve fâcheux, que quelques banquiers suisses aient passé de tels accords, parce qu'en Suisse, ils n'encourent rien", dit-il.

Pour Raoul Weil, le fait que ses avocats ont pu démontrer aux jurés que "tout n'était pas illégal depuis longtemps, contrairement à ce que le ministère public vendait comme étant illégal", a été décisif pour sa relaxe. Les procureurs ont mené une campagne "émotionnelle", selon lui.

Il entend désormais d'abord se reposer. "Je ne veux pas encore penser à ce que je vais faire dans quelques mois".

POSSIBILITÉ DE SE DÉFENDRE

Interrogé sur un possible relâchement de la pression sur les banques suisses après l'acquittement de Raoul Weil, son avocat Matthew Menchel dit ne pas être en mesure de commenter les décisions futures du Département de la justice et du fisc.

"J'espère simplement que, à l'avenir, ils examineront avec plus d'attention les cas qu'ils veulent porter en justice", a-t-il déclaré dans un entretien accordé au "Matin Dimanche" et à la "SonntagsZeitung".

"Je pense que le Département de justice ne doit plus partir du principe que toute personne accusée d'un crime va simplement se coucher et accepter d'être désigné coupable. Les accusés peuvent désormais décider de se battre", souligne Matthew Menchel.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."