Bilan

Prêts hypothécaires: le boom romand

Avec 2,4 milliards accordés l’année dernière au total, les banques cantonales romandes voient le marché hypothécaire continuer à croître. Particulièrement à Genève et en Valais.
  • La Banque Cantonale de Genève a connu une croissance de 6% de ses prêts en 2017.

    Crédits: BCGE

Les six banques cantonales romandes restent toujours très actives sur le marché hypothécaire, lequel représente leur principale activité. L’an dernier, elles ont accordé des prêts pour une somme totale de 2,4 milliards de francs.

C’est la Banque Cantonale de Genève qui a connu la plus forte croissance (+6%) devant ses homologues valaisanne (+5,5%) et jurassienne (+5,4%). Au bout du Léman, ses dirigeants constatent néanmoins que «la part des hypothèques au total du bilan est modérée (48%) par rapport au benchmark». Cette politique est le «résultat d’une déconcentration recherchée de l’exposition au risque immobilier».

Suivent à égalité les instituts fribourgeois et neuchâtelois avec une hausse des créances de +3,8% dans leur bilan. Avec une petite augmentation de +1,5%, la Banque Cantonale Vaudoise ferme la marche. Dans leur commentaire des résultats 2017, ses responsables parlent d’un marché «très concurrentiel.»  A l’exception de la BCV, toutes les banques cantonales romandes enregistrent une hausse des prêts hypothécaires supérieure à la croissance du marché helvétique (+2,4% en 2017).

Dans cette activité, la concurrence provient surtout des Banques Raiffeisen dont les affaires ont davantage progressé que celles des banques cantonales à Fribourg et sur Vaud. Dans les autres cantons, l’augmentation des créances hypothécaires est plus ou moins identique (lire le tableau ci-dessus). «Une de nos forces réside dans notre modèle d’affaires décentralisé. Les Banques Raiffeisen sont en effet juridiquement indépendantes, ce qui leur permet de prendre des décisions sur place et rapidement. C’est précisément ce que nos clients apprécient», relève Sylvie Pidoux, conseillère communication de l’institut saint-gallois. 

La demande ne faiblit pas

Ces résultats s’inscrivent dans un environnement caractérisé par le renforcement des règles imposées il y a quelques années par la Finma (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers) et par SwissBanking (Association suisse des banquiers) pour tenter de freiner la demande. Or, celle-ci ne faiblit pas en dépit des conditions de crédit plus restrictives. Par exemple, un assuré à une caisse de pension ne peut plus retirer que 10% de son avoir vieillesse pour investir dans la pierre (lire pages 60 et 61).

«Le durcissement des exigences n’a pas eu beaucoup d’impact. D’une part, nos clients profitent des taux d’intérêt historiquement bas pour acquérir leur propre logement. D’autre part, nous constatons qu’ils détiennent les fonds nécessaires liés aux nouvelles contraintes réglementaires», explique Albert Gaspoz, responsable de la communication de la Banque Cantonale du Valais.

Avec une part de marché d’environ 36%, le groupe des banques cantonales devance les deux grandes banques (28%) et Raiffeisen (18%) sur le marché hypothécaire. Au 31 décembre 2017, les crédits accordés sur le territoire helvétique par l’ensemble des acteurs se montaient à 974 milliards de francs (soit 147% du PIB); 75% de cette somme concernait des prêts consentis à des ménages privés. Selon une étude de Credit Suisse, le taux d’expansion annuel reste supérieur à la croissance nominale du PIB. Ce qui «devrait continuer à préoccuper la Banque nationale suisse», estiment ses auteurs.  

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."