Bilan

Plusieurs conseillers de Coutts sont passés à la concurrence

UBP doit composer avec le départ de plusieurs conseillers de Coutts International, filiale suisse de Royal Bank of Scotland faisant l'objet d'une cession d'actifs au groupe genevois.

Les banquiers de Coutts seraient passés à la concurrence car ils ne souhaiteraient pas intégrer UBP.

Crédits: Keystone

Union Bancaire Privée (UBP) doit composer avec le départ de plusieurs conseillers de Coutts International, filiale suisse de Royal Bank of Scotland (RBS) faisant l'objet d'une cession d'actifs au groupe genevois. Ces banquiers seraient passés à la concurrence car ils ne souhaiteraient pas intégrer UBP, selon le site "Inside Paradeplatz". "Faux", rétorque la banque qui évoque des départs anticipés au moment de l'accord avec RBS.

De nombreux chefs d'équipe et conseillers préfèrent rejoindre d'autres établissements plutôt que d'être repris par UBP, résume l'article en question. "Ces informations ne sont pas tout à fait justes", répond un porte-parole du groupe bancaire contacté mercredi par AWP. UBP a bel et bien enregistré le départ de "quelques" conseillers de l'établissement britannique, senior pour certains d'entre eux, mais la réputation de la banque genevoise n'est pas mise en cause.

Les personnes en question avaient "pris leurs dispositions" bien avant de connaître le nom du repreneur de Coutts, selon UBP. Les incertitudes planant sur l'avenir de leur établissement les aurait poussés à chercher ailleurs. Le groupe genevois rappelle que 12 à 18 mois se sont écoulés entre le moment où RBS a annoncé son intention de vendre et l'officialisation de l'accord avec UBP, en mars.

PAS D'INFLUENCE

Ces départs n'influencent en rien la transaction avec Coutts. "Il s'agit d'un asset deal. Nous ne payons que ce que nous reprenons", souligne le porte-parole de l'établissement genevois. En juin, Union Bancaire Privée a annoncé la reprise de 60% à 70% des actifs sous gestion de Coutts International, dont le total atteint 32 mrd CHF. Cela reste d'actualité puisque les départs de conseillers avaient été intégrés dans le calcul, assure la banque. "Nous sommes dans le haut de la fourchette", précise le porte-parole.

UBP n'a pas souhaité chiffrer le nombre d'employés de Coutts passés à la concurrence, ni la masse sous gestion perdue en raison de ces transferts. Coutts emploie environ 1300 personnes. Dans une interview parue en mars, le directeur général Guy de Picciotto indiquait vouloir reprendre 1000 employés, dont 450 en Asie.

L'intégration de Coutts se déroule conformément au calendrier. Le processus devrait arriver à son terme fin octobre pour les activités européennes et moyen-orientales. Pour l'Asie, UBP table désormais sur une intégration à la fin du premier trimestre 2016, voire au début du deuxième.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."