Bilan

Pas de lien entre Benoît Violier et la fraude valaisanne, selon PwC

Un rapport d’audit affirme que le chef n’a pas été touché par l’escroquerie aux vins.

A la suite des divers démentis concernant notre article «Benoît Violier aurait été victime d’une vaste escroquerie», publié sur bilan.ch le samedi 6 février, Bilan a rouvert l’enquête au sujet de la situation financière du «meilleur chef cuisinier du monde», qui a mis fin à ses jours le 31 janvier de cette année.

Contrairement à ce que notre article laissait entendre, aucun élément n’a permis de confirmer les liens supposés entre Benoît Violier et B., le financier sous enquête en Valais pour une fraude aux grands vins et d’autres escroqueries.

Nous écrivions: «[Benoît Violier] aurait commandé des vins prestigieux à B. et n’aurait jamais été livré.» Cette information au conditionnel, donnée par deux informateurs ayant témoigné sous couvert d’anonymat, n’a pu être étayée.

D’autres éléments viennent enterrer cette piste. PricewaterhouseCoopers (PwC), la société d’audit en charge des comptes du Restaurant de l’Hôtel de Ville Benoît Violier SA nous a certifié que ni le défunt, ni l’établissement, n’avaient de relation d’affaires avec B., connue et avérée. La plus importante facture payée par B. au restaurant était inférieure à 30 000 francs et a été réglée sans problème.

La société d’audit, dont nous avons pu voir l’attestation, certifie également que la situation financière personnelle du défunt au 31 janvier était saine, n’ayant connu aucune variation entre janvier 2014 et fin janvier 2016, et qu’il n’avait pas de dettes vis-à-vis du restaurant ni de ses actionnaires.

Les chiffres audités indiquent que l’établissement est bien capitalisé, avec un très bon niveau de liquidités, ainsi que des engagements envers des tiers très faibles. L’auditeur atteste que le résultat d’exploitation intermédiaire, qui porte sur la période allant du 1er avril 2015 jusqu’à ce jour, est bénéficiaire. Il est indiqué en outre que B. n’est pas débiteur de l’établissement et ne l’a jamais été, et qu’il n’a pas été créancier du restaurant durant les trois dernières années.

En somme, le restaurant dirigé jusqu’au 31 janvier par feu Benoît Violier n’a subi aucun préjudice lié à B., selon PwC. Le magazine Bilan tient à ce que ses lecteurs reçoivent une information rigoureuse et complète. C’est pourquoi nous portons à leur connaissance ces éléments nouveaux. Ainsi que l’a écrit le médiateur de Tamedia sur bilan.ch, les informations divulguées le 6 février n’étaient en l’état pas assez consolidées pour justifier une publication. Bilan s’en excuse à la famille de Benoît Violier et au Restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier. 

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."