Bilan

Miser sur le financement d’infrastructures

Investir dans des projets tels que les énergies propres, les métros ou les ponts rapporte plus que la dette d’entreprises, selon DoubleLine.

Alors que les investisseurs sont en quête de rendements supérieurs aux obligations d’Etat, investir dans l’infrastructure apparaît comme une alternative attrayante. «Une des stratégies consiste à investir dans le financement de dettes liées à l’infrastructure», suggère Damien Contes, gestionnaire obligataire spécialisé en infrastructure globale chez la société californienne DoubleLine Capital.

«Nous avons constaté qu’il n’y avait quasiment pas de fonds obligataires spécialisés en infrastructures aux Etats-Unis à part des fonds d’obligations municipales, dont la durée est très longue. Ces derniers exposent l’investisseur à un risque élevé de taux d’intérêt. Ce n’est pas très attractif. De notre côté, nous avons lancé un fonds obligataire dont l’univers de placement regroupe les dettes d’entreprises, le financement de projets, et les produits structurés liés à l’infrastructure, cette troisième classe ayant des durations plus courtes, de 2 à 4 ans. Ainsi, la composition du portefeuille mitige le risque lié aux projets de long terme, pour offrir à l’investisseur des durations inférieures à 6 ans.»

Damien Contes relate comment la désintermédiation bancaire a ouvert la voie à des gérants de fonds comme DoubleLine: «Auparavant, le financement de projets d’infrastructure passait par les banques. Depuis la crise de 2008 et les contraintes de Bâle III, les banques syndiquent le risque de crédit, et DoubleLine fait partie des fonds qui rachètent les prêts bancaires.» Des fonds spécialisés en finance structurée deviennent de plus en plus les contreparties des banques.

Ce phénomène est aussi encouragé par l’essor des partenariats public-privé (PPP) qui prennent la forme de rabais fiscaux ou de concessions. DoubleLine finance des projets sûrs tels que les énergies renouvelables aux Etats-Unis et les compagnies d’électricité régulées, mais aussi des nouvelles lignes de métros au Pérou et au Chili, des aéroports en Australie et au Mexique, des autoroutes en Colombie et en Corée du Sud, par exemple. Aux Etats-Unis, quelque 55 000 ponts doivent être réparés, y compris le pont de Brooklyn.

Quelque 1000 milliards de dollars sont budgetés par Washington et passeront par des PPP. Dans les marchés émergents, ce sont les nouvelles infrastructures qui créent des opportunités. DoubleLine ne finance que du crédit de qualité, noté de AAA à BBB-. Moins volatile, la dette d’infrastructures permet d’espérer un rendement supérieur à la dette d’entreprise, selon Damien Contes, tout en étant plus sûre que cette dernière, qui n’a pas de collatéralité et n’est donc pas sécurisée.  

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."