Bilan

«Des millions d’Indiens ont commencé à investir leur épargne»

Selon le directeur de la Bourse de Mumbai, vingt millions de nouveaux comptes ont été ouverts durant les douze derniers mois. L'explosion du nombre de cas de Covid fait toutefois vaciller l’indice Sensex.

Ashish Chauhan: «Les marchés indiens ont bénéficié des grandes injections de liquidités en quelques mois.»

Crédits: Bloomberg/getty images

A 53 ans, Ashish Chauhan dirige la Bombay Stock Exchange (BSE), la Bourse de Mumbai, depuis 2012. Considéré comme le père des produits dérivés en Inde, il analyse la forte hausse des marchés indiens et le boom des investissements en bourse.

Depuis le début de la pandémie, l’indice Sensex des principales valeurs boursières indiennes a grimpé d’environ 80%, réalisant l’une des meilleures performances avec le Nasdaq. Comment l’expliquez-vous?

Ashish Chauhan: Il y a plusieurs raisons. Rappelons, qu’en février 2020, le Covid-19 était reconnu. A l’étranger, les experts d’origine indienne estimaient que 100 millions d’Indiens pourraient en mourir. Le Sensex a alors commencé à dégringoler, de 42 000 à 27 000 points, soit une baisse de près de 40%. C’était justifié, car si ces prédictions se réalisaient, la destruction de valeur au niveau de l’économie aurait été immense.

Et le 23 mars, lorsque le premier ministre Narendra Modi a annoncé un confinement national, les marchés ont continué de reculer.

Ensuite, il s’est avéré que les prévisions avaient été bien plus pessimistes que la réalité et l’Inde s’en est bien sortie. Les investisseurs sont revenus sur les marchés, qui ont rebondi. Beaucoup de personnes, notamment des jeunes qui travaillaient dans des centres d’appels, sont restées à la maison sans rien faire et ont commencé à investir leur épargne sur les marchés. Rien que durant les douze derniers mois, nous avons enregistré une hausse de plus de 30% de nouveaux comptes, soit plus de 20 millions. Nous en avons au total 66 millions. De plus, les marchés indiens ont bénéficié des grandes injections de liquidités des banques centrales en quelques mois.

Quels secteurs ont été performants?

L’IT (technologie de l’information, ndlr), tout comme les bancaires, les pharmas et les entreprises qui fournissent des services de back-office. Le Sensex enregistre toutefois un repli ces dernières semaines alors que le nombre d’infections explose en Inde.

Cette baisse va-t-elle se poursuivre?

Cela dépend de la vitesse de la campagne de vaccination et de l’expansion des cas. 120 millions d’Indiens ont été vaccinés et 100 millions supplémentaires devraient l’être d’ici à la fin du mois de mai. Lorsque les infections diminueront, il y aura un rebond.

En 2020, les investisseurs institutionnels étrangers ont été des acheteurs nets alors que leurs alter ego indiens ont été des vendeurs nets. Comment comprendre cette dichotomie?

Depuis près de trente ans, les investisseurs étrangers ont le droit d’investir sur les marchés financiers indiens. Durant seulement deux années peut-être, ils ont retiré davantage d’argent qu’ils n’en ont investi. Une fois durant l’éclatement de la bulle internet, l’autre fois durant la crise financière de 2008. Autrement dit, les investisseurs étrangers ont toujours eu plus confiance dans les marchés financiers indiens que les Indiens eux-mêmes. Ils ont eu raison, car ils ont pu réaliser de très bons retours sur investissement. Les étrangers détiennent plus de 20% du marché indien des capitaux, soit près de 3000 milliards de dollars.

Quels secteurs vous semblent prometteurs en 2021?

Les taux d’intérêt aux Etats-Unis et le pétrole sont les deux facteurs de risque pour l’économie indienne. Mais de manière générale, l’IT n’en dépend pas trop. La pharma, les infrastructures, telle la construction de routes, de ports, de réseaux électriques, ainsi que l’énergie et les bancaires devraient aller aussi bien. Tout comme le secteur de la défense où des entreprises privées peuvent désormais se lancer.

Daniel Eskenazi

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."