Bilan

Londres: de l’or pour 300 milliards dans les coffres

La capitale britannique est la capitale incontestée du marché de l’or comme le montre une étude publiée récemment par la London Bullion Market Association.

Les coffres-forts de Londres abritent environ 7500 tonnes d'or.

300 milliards de dollars! C’est la valeur de l’or placé dans les coffres-forts de Londres, d'après les calculs de l’association qui supervise le marché, la London Bullion Market Association (ou LBMA). Pour la première fois de son histoire, elle vient de lever le voile sur les stocks détenus dans la capitale mondiale du métal jaune. A la fin du 1er trimestre 2017, les différents acteurs du marché possédaient 7449 tonnes d’or, soit l'équivalent de 596'000 barres de 12,4 kilogrammes chacune. En comparaison, la Banque nationale suisse (BNS) en détenait 1040 tonnes. Ce qui représentait 42 milliards de francs à fin mars 2017.

Lire aussi: Où est stocké l'or de la Suisse?

Selon les estimations d’une analyste d’UBS qui commente cette publication, la Banque d’Angleterre contrôle, à elle seule, 68% des réserves d’or londoniennes. Outre ses propres réserves (310 tonnes), elle abrite aussi celles d’autres banques centrales ou commerciales. Derrière cet institut figurent trois banques de compensation (HSBC, ICBC Standard Bank, JP Morgan) et quatre transporteurs de fonds (Brinks, G4S Cash Solutions, Malca-Amit, Loomis International).

Le plus important centre de trading au monde

Selon la LBMA, la détention physique de métaux précieux dans les coffres-forts sous-entend la négociation d’opérations brutes et de compensation. Comme en témoignent les 18,1 milliards de dollars de transactions quotidiennes en mars 2017, Londres est le plus important centre de trading de métal jaune au monde.

Cette publication, affirme la LBMA, constitue une première étape sur le long chemin de la transparence du marché de l’or, souvent critiqué jusqu’ici pour son opacité. La prochaine étape doit permettre de divulguer le volume quotidien des échanges.

Derrière Londres, et avec New York et Shanghaï, Zurich est un autre carrefour majeur du marché de l’or au niveau mondial, en raison notamment de la capacité importante des raffineries installées en Suisse.

Lire aussi: Pourquoi il faut investir dans l'or avant l'été

 

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."