Bilan

Les voitures anciennes parmi les meilleurs placements

Avec une hausse de 400% en dix ans, le marché des voitures anciennes reste très lucratif, même s’il connaît une légère correction depuis le début d’année.

Mercedes 300 SL datant de 1956: elle est passée de 800 000 € en 2011  à 1,3 million en 2016.

Crédits: Dr

Le marché des anciens bolides serait l’un des meilleurs investissements de cette dernière décennie (+400% entre  2004 et 2014 selon le Financial Times), devant les actions, les obligations, l’immobilier ou encore le vin. De quoi inciter à se lancer dans l’acquisition d’une voiture ancienne, afin de la revendre quelques années plus tard avec une importante plus-value, par ailleurs non taxée en Suisse .

Lire aussi: Voitures de collection: et si vous vous y mettiez? 

Attention cependant: après une envolée des prix, le secteur serait un peu surévalué aujourd’hui. D’ailleurs, les ventes aux enchères du mois de mai organisées à Lucerne (Swiss Classic World) et à Monaco (Bonhams avec la vente Grandes Marques de Monaco) ont connu un succès mitigé, avec de nombreux invendus.

«L’envolée des prix a été tellement forte ces dernières années que le marché s’est quelque peu tassé», explique l’un des experts interrogés. Depuis quelque mois, le marché est en effet plus calme, les transactions prennent plus de temps, sans compter que les vendeurs, soucieux des taux d’intérêt bas, ne sont pas pressés de vendre.

Lire aussi: Les Suisses roulent avec de puissantes voitures 

Le nombre d’investisseurs augmente cependant régulièrement, remarque Philip Kantor, responsable pour l’Europe du département «automobiles de collection» de la maison de vente aux enchères Bonhams. 

Certaines marques ont encore beaucoup de potentiel, comme Porsche, McLaren, Mercedes ou encore Aston Martin. Sans oublier les Ferrari, dont le marché est à part. En règle générale, ce sont les véhicules qui ont la plus grande cote. L’exemple des Dino est frappant: alors qu’elles se vendaient autour de 30 000  fr. il y a cinq ans, elles trouvent des acquéreurs aujourd’hui pour des montants avoisinant les 300 000 fr.

«Le début de la spéculation sur les Ferrari a commencé à la suite du décès de son fondateur en 1988. Il y a eu des rumeurs sur le fait que la construction de ces voitures allait s’arrêter. Certains modèles se sont dès lors revendus trois fois le prix une année seulement après leur sortie», raconte Christian Rochet,coorganisateur du tout premier Concours d’élégance Suisse.  

Où trouver le bon véhicule d’investissement? 

Il existe depuis quelques années des fonds spécialisés dans les anciennes automobiles mais qui n’ont jamais eu de réel succès, indique Simon Kidston dont l’entreprise du même nom offre des conseils aux collectionneurs d’automobiles. Cela n’a pas découragé cinq passionnés de belles mécaniques de lancer Absolute Car Club l’an dernier en Suisse romande.

Ouvert au public, il investit dans des automobiles de collection, dont des Ferrari. Les clients, dont la mise de départ minimum est de 20 000  fr., ont la possibilité de rouler durant un week-end avec l’un des bolides du parc. 

Autre possibilité pour trouver la perle rare? Ecumer les garages spécialisés comme Carugati Automobiles à Genève ou Aston Riviera Cars à Lausanne. On peut aussi parfois trouver de bonnes affaires sur des sites internet spécialisés.  

Il est important de se renseigner sur l’état du marché en assistant par exemple à des ventes aux enchères ou à des événements autour des voitures de collection. «La littérature spécialisée est très importante et le marché des automobiles de collection assez facile à comprendre», conclut pour sa part Simon Kidston.   

 

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."