Bilan

Les start-up suisses lèvent un milliard en 2017

Le financement des start-up suisses a continué d’accélérer l’an dernier avec 938 millions de francs levés par 175 start-up helvétiques selon le Swiss Venture Capital Report. Vaud continue de faire la course en tête.

La biotech lausannoise ADC Therapeutics a effectué une levée de fonds record de 200 millions de francs en 2017.

Crédits: DR

Après une hausse de 35 % en 2016, le montant du capital risque investi dans les start-up suisses a encore augmenté, de plus de 3% en 2017 selon le Swiss Venture Capital Report établi pas Startupticker. Avec 175 opérations contre 151 l’année précédente le nombre d’opérations augmentent aussi de 16% avec un total de 938 millions levés pour les opérations rendues publiques.

Lire aussi: La biotech bâloise Roivant lève plus d’un milliard de dollars

Ce pourrait être plus si certains investissements  comme le milliard levé auprès de Softbank par la biotech américaine venue à Bâle Roivant ou les Initial Coin Offerings (ICOs) étaient pris en compte.

La féminisation de l’entreprenariat passe par les fintechs

Du point de vue sectoriel, 30 start-up suisses du secteur des technologies financières (Fintech) ont levé 76 millions de francs, soit une augmentation de plus de 60% par rapport à l’année précédente. Et 45% de ces entreprises sont dirigées par au moins une femme. Ce sont toutefois les start-up des secteurs des biotechnologies (Biotech) et technologies médicales (Medtech) qui, comme les années précédentes, ont bénéficié des plus grands investissements avec près de 600 millions de francs au total.

Le plus gros round est celui de l’entreprise lausannoise d’immunothérapie ADC Therapeutics, qui a levé 196 millions de francs. A l’inverse les cleantechs font figure de parent pauvre avec seulement 3 millions levés en 2017 par les start-up de ce secteur.

Lire aussi: Un fonds de capital-risque géant démarre à Genève

Comme les deux années précédentes, les start-up du canton de Vaud ont  attiré le plus de capital-risque. Toutefois, le canton romand a enregistré un recul des investissements, qui sont passés de 450 à 300 millions de francs après l’opération exceptionnelle de la start-up MindMaze en 2016. Par contre, tous les autres cantons un connu une hausse, parfois conséquente.

Dans le top 5 (Vaud 298,3 millions de francs, Zürich 273 millions, Bâle-Ville 82,3 millions, Zoug 70,7 millions et Genève 54,1 millions), le canton de Zürich s’est le plus démarqué. En un an, les investissements y sont passés de 108 à 273 millions de francs, soit une augmentation de 150%. Fribourg enregistre un bon score avec 36,5 millions levés pour ses start-up.

Le début de l’expansion

Un total de 37 tours de financement en phase d’amorçage, de 83 au stade précoce et de 55 en phase « late stage » sont intervenus en 2017. Comme les années précédentes, les financements en stade de démarrage sont proportionnellement plus en vogue avec 68% du total contre 32% pour les investissements de croissance. Toutefois, ce sont ces derniers qui progressent le plus avec une augmentation de 31% par rapport à 2016, signe de la maturité de l’écosystème. Du côté des exits, le rachat pour 435 millions de Symetis par Boston Scientific et l’IPO à 557 millions d’Obseva sont aussi des signes encourageants pour les investisseurs.

Lire aussi: Le réveil du capital-risque suisse

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."