Bilan

Les primes d'assurance-maladie devraient doubler d'ici 2040

La prime mensuelle moyenne de l'assurance-maladie obligatoire pourrait passer à 517 francs en 2040 contre 274 francs en 2015, selon une étude de Credit Suisse.

Un des domaines "les plus dynamiques du secteur de la santé" est celui des centres médicaux, selon l'étude. 

Crédits: Keystone

Les primes d'assurance maladie moyennes vont presque doubler d'ici 2040, selon une étude de Credit Suisse. Les dépenses de santé sont susceptibles d'augmenter de plus de 3% par an en moyenne.

La prime mensuelle moyenne de l'assurance maladie obligatoire pourrait ainsi passer à 517 francs en 2040 contre 274 francs en 2015, indique Credit Suisse dans son "moniteur suisse" du système de santé publié lundi. Cela correspond à une hausse de 44% une fois les chiffres corrigés de l'inflation générale, précise l'étude.

Les coûts de la santé ont progressé de plus d'un tiers en dix ans pour s'établir actuellement à près de 70 milliards par année. Selon l'étude, le principal responsable de cette hausse n'est pas le vieillissement de la population, mais des facteurs comme les progrès de la médecine, une augmentation de la consommation individuelle et des "incitations inopportunes liées au système".

Un peu plus de la moitié de la hausse des coûts est imputable à des raisons indépendantes de la démographie, souligne Credit Suisse. Cette évolution devrait se poursuivre ces deux prochaines décennies, en l'état actuel de la législation.

Besoin accru de personnel

La progression des coûts de la santé s'accompagne d'un besoin accru de main-d'oeuvre. Selon l'étude, 185'000 emplois à plein temps seront créés dans le secteur d'ici 2040. Les auteurs estiment que près de 23% des activités considérées comme routinières pourraient en théorie être automatisées, ce qui limiterait à 67'000 les emplois supplémentaires. Une automatisation complète de ces tâches ne semble toutefois pas réaliste.

Les économistes de Credit Suisse prévoient aussi que certains investissements hospitaliers ne pourront pas être financés sans de nouveaux fonds publics. D'après les chiffres disponibles, les dépenses prévues pour la construction d'hôpitaux se montent à 16 milliards de francs. Une "partie importante des montants d'investissements prévus n'est pas encore garantie".

Un des domaines "les plus dynamiques du secteur de la santé" est celui des centres médicaux, selon l'étude. Le nombre de ces centres a augmenté de 19% entre 2011 et 2014, s'établissant à 1300.

Encore plus alarmiste

Fin janvier, la société de conseil EY (Ernst & Young) avait déjà publié une étude qui allait dans le même sens que celle de Credit Suisse, mais qui se montrait encore plus alarmiste sur les primes d'assurance maladie. EY estime qu'elles vont plus que doubler d'ici 2030 et qu'elles ne seront plus supportables pour une grande partie de la population.

Alors qu'en 2014, 6% en moyenne du revenu des ménages étaient consacrés aux primes maladie, cette part représenterait 11% en 2030, évaluent les analystes du cabinet de conseil et d'audit. D'ici 2030, les coûts de santé devraient augmenter de 60% en Suisse, à 116 milliards de francs, selon cette étude.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."