Bilan

Les placements préférés des femmes et des hommes

Femmes et hommes ne choisissent pas les mêmes entreprises quand il s'agit d'investir. L'assistant électronique SigFig a mesuré les choix de 750'000 investisseurs hommes et femmes en 2014 et propose de distinguer leurs choix.
  • Hommes et femmes ne font pas les mêmes choix en matière de placements: l'assistant électronique d'investissements SigFig a comparé les choix des deux genres.

    Crédits: Image: DR
  • Près de 750'000 profils d'investisseurs hommes et femmes ont été étudiés par le robot SigFig.

    Crédits: Image: DR
  • Les femmes ont gagné davantage que les hommes en 2014 grâce à leurs investissements, selon les données des utilisateurs de l'assistant électronique SigFig.

    Crédits: Image: SigFig
  • Les attitudes globalement plus prudentes des femmes en matière de placements leur ont permis d'être moins nombreuses que les hommes à perdre de l'argent, mais aussi moins nombreuses que les hommes à surperformer par rapport au S&P500.

    Crédits: Image: SigFig
  • Au niveau des choix par sociétés, l'automobile reste un domaine privilégié par les hommes et la pharma semble davantage plaire aux femmes.

    Crédits: Image: SigFig

Les automobiles pour les hommes, les laboratoires pharmaceutiques pour les femmes: c'est l'une des caractéristiques majeures du rapport présenté en fin de semaine dernière par SigFig. Ce service d'assistance aux placements analyse les choix d'investissements des utilisateurs en recueillant une masse importante de données sur le portefeuille de chacun.

Le rapport présenté la semaine dernière distingue les choix des femmes et des hommes, analysant notamment quelles entreprises ont choisi les investisseurs des deux genres, mais aussi les performances comparées. Il ressort de cette étude que les femmes ont gagné 4,7% en moyenne en 2014, contre seulement 4,1% pour les hommes. Leurs choix semblent aussi avoir été plus prudents que ceux des hommes, ce qui fait qu'elles sont 20,4% à avoir perdu de l'argent lors des douze mois écoulés contre 25,8% des investisseurs masculins, mais seulement 14,9% à avoir réalisé des performances supérieures au S&P500, contre 15,7% d'hommes qui ont surperformé par rapport aux marchés.

Au-delà de ces tendances globales, l'enquête sur les données des placements comparés des hommes et des femmes révèlent des choix manifestement différents pour les sociétés choisies, certaines étant clairement privilégiées par les hommes et d'autres par les femmes. C'est ainsi que le constructeur automobile californien Tesla est largement plus populaire chez les hommes que chez les femmes: les investisseurs sont 1,4x plus nombreux que les investisseuses à opter pour la firme d'Elon Musk. Dans le domaine automobile, Ford est également une valeur privilégiée par le public masculin (1,15x plus présent que le public féminin).

La pharma privilégiée par les femmes

A contrario, les femmes privilégient le secteur pharma: elles sont trois majors à voir davantage de femmes investir plus nombreuses que les hommes. Il y aurait 1,3x plus de femmes que d'hommes chez les utilisateurs SigFig à faire le choix de Pfizer, 1,2x plus de femmes que d'hommes pour abbvie, et 1,15x plus de femmes que d'hommes chez Merck.

Peu d'autres secteurs sont aussi clivants que l'automobile ou la pharma. Ainsi, l'agroalimentaire voit aussi bien des sociétés privilégiées par les hommes (Coca-Cola: 1,3x plus d'hommes que de femmes) que d'autres par les femmes (Kraft: 1,27x plus de femmes que d'hommes). Idem du côté de la high-tech et du web, avec des entreprises préférées par les femmes (Amazon, Google) et d'autres par les hommes (Oracle, Microsoft). Même si les services en ligne semblent plus séduire les femmes et les constructeurs de logiciels davantage les hommes. Et c'est justement dans le secteur de la tech qu'une entreprise séduit autant les hommes que les femmes: Apple.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."