Bilan

Les pays émergents en vedette

HSBC convaincue par l’Asie

Miser sur l’essor du consommateur chinois. C’est ce que propose HSBC, qui vient de lancer un nouveau fonds baptisé Emerging Markets High Conviction Equity Portfolio. Pour Sally Godley-Maynard, cheffe des actions globales chez HSBC, la Chine glisse doucement mais sûrement d’une économie exportatrice vers une économie orientée sur la demande intérieure. Notamment dans le domaine de l’alimentation. Le commerce de détail prend son essor, ainsi que toute la chaîne sur laquelle il s’appuie. Cette tendance est d’autant plus prononcée que Pékin va installer peu à peu un filet social. L’absence de ce dernier jusqu’ici explique que le taux d’épargne en Chine est l’un des plus élevés du monde. La mise en place de l’Etat providence chinois devrait donc permettre aux locaux d’accorder un plus grand budget à la consommation. Selon Sally Godley-Maynard, l’Inde offre également de grands espoirs de croissance. Ses qualités: un Etat démocratique, une corruption moindre qu’en Chine et une ouverture plus importante aux investissements étrangers. Son point faible reste ses infrastructures. New Delhi en a conscience et vient de débloquer 100 milliards de dollars pour des investissements dans ce domaine.

Finalement, pour la spécialiste de HSBC, la pépite encore un peu mal dégrossie reste l’Indonésie. Au cours du premier trimestre, le pays d’Asie du Sud a reçu 8 milliards de dollars d’investissements étrangers, soit plus qu’au cours de toute l’année 2009. [pyf]

La Chine «absolue» pour Pictet

Pour Pictet également, la Chine offre des opportunités. Mais celles-ci doivent se concevoir tant à la hausse qu’à la baisse. Pour tirer parti de l’évolution contrastée de la superpuissance en devenir, la banque lance un fonds Pictet Total Return-Mandarin, long-short sur les actions asiatiques. Sa responsable, Lan Wang Simond, a travaillé seize ans dans la gestion d’actifs sur la zone Grande-Chine. «Ce pays est en train de rééquilibrer ses moteurs de croissance au profit d’un développement des dépenses de consommation intérieure.» Pour les paris longs, Pictet choisit des entreprises qui disposent de larges parts de marché dans un secteur protégé par des barrières tarifaires élevées et qui ont suffisamment de cash pour financer leur propre croissance. Un exemple: Shenguan Holding, qui fabrique des enveloppes de saucisses à base de collagène dans un marché où la consommation de saucisses est en plein boom.Pour les partis short, l’accent est mis sur les industries polluantes, comme l’acier, mal gérées ou exposées à des changements réglementaires.

«Les problèmes de pollution sont tels que la Chine a prévu de réduire sa consommation d’énergie de 20%, explique Lan Wang Simond. Cela crée des opportunités dans la cleantech.» Les nouvelles technologies, tout comme les services, sont également candidats à des expositions longues. Côté risque: l’instabilité sociale que le gouvernement combat en travaillant à maintenir le plein emploi. [pyf]

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."