Bilan

Les opérations sur devises se replient, le franc devance l'euro

En termes de monnaies, le franc a pour la première fois devancé l'euro. Au niveau mondial, le dollar américain conserve la place de numéro un des opérations de change.

Au niveau mondial, le franc occupe la septième place avec 4,8% des opérations de change.

Crédits: Keystone

Les opérations sur devises et taux d'intérêts se sont fortement repliées en Suisse ces trois dernières années, selon l'enquête triennale de la Banque nationale suisse (BNS) publiée jeudi. En termes de monnaies, le franc a pour la première fois devancé l'euro. Au niveau mondial, le dollar américain conserve la place de numéro un des opérations de change.

Les 30 banques résidentes en Suisse ayant participé à l'enquête de la BNS ont réalisé en moyenne des opérations de change de 156 mrd USD par jour ouvrable, en baisse de 28% par rapport au dernier sondage de 2013. Depuis la première enquête en 1995, le volume des opérations sur devises a cependant été multiplié par près de deux.

Tous les instruments ont reculé par rapport à 2013, mais les swaps de change et les opérations au comptant sont demeurés les plus importants avec des parts respectives de 71% et 15% sur l'ensemble des opérations, a indiqué la BNS dans un communiqué.

Le dollar est resté la devise la plus utilisée pour les opérations de change, avec une part de 84% au dernier pointage. Le franc a cependant dépassé l'euro et se classe désormais en deuxième position avec 37%, contre 35% pour la monnaie unique européenne.

"Près des deux tiers des opérations sur devises ont à nouveau été effectuées sur des plateformes et des systèmes électroniques de négoce. Les opérations restantes ont été réalisées par téléphone", a précisé l'institut d'émission.

Concernant les paires de devises, le volume des opérations conclues entre le dollar et le franc est monté de 21% à 28% en trois ans, alors que la part des opérations conclues entre l'euro et le dollar a reculé de 32% à 23%. Les parts des paires USD/JPY (10%), EUR/CHF (7%) et GBP/USD (5%) étaient également "non négligeables", selon la BNS.

Les opérations sur les produits dérivés sur taux d'intérêt ont chuté de 75% pendant la période sous revue, atteignant un volume journalier de 8 mrd USD.

Les opérations les plus fréquentes ont à nouveau été les swaps de taux d'intérêt et les contrats de taux à terme, mais elles ont porté sur des volumes nettement inférieurs à ceux relevés il y a plus de trois ans. Le négoce de dérivés sur taux d'intérêt libellés en euros s'est notamment replié, et le franc est redevenu, pour la première fois depuis l'enquête de 1998, la principale monnaie pour ce genre d'opérations.

Montée en puissance du renminbi

Au niveau mondial, le volume des opérations de change a atteint en avril 2016 le montant de 5100 mrd USD en moyenne par jour, selon l'enquête de la Banque des règlements internationaux (BRI), qui a compilé les statistiques des banques centrales et autres autorités de 52 juridictions. Ces dernières ont collecté des données auprès de quelque 1300 établissements et autres opérateurs.

Le dollar a conservé sa place de première monnaie mondiale avec 88% des transactions, l'euro conservant la deuxième place des monnaies les plus négociées. Mais à 31%, les opérations dans la monnaie unique européenne sont net recul par rapport à avril 2010 (39%).

"De nombreuses monnaies des marchés émergents ont vu s'accroître leur part dans les transactions mondiales. Le renminbi, dont la part a doublé à 4% occupe désormais la huitième place sur la liste des monnaies les plus négociées", avec un volume moyen journalier de 202 mrd USD.

Toujours au niveau mondial, le franc occupe la septième place avec 4,8% des opérations de change. Ce pourcentage est cependant en repli de 0,4 point comparé à 2013. La paire de devises USD/CHF tient également le septième rang (3,5%, -0,1 point).

La place financière suisse, avec 2,4% des parts dans le négoce mondial de devises, se classe septième, derrière la France (2,8%), le Japon (6,1%), Hong Kong (6,7%), Singapour (7,9%), les Etats-Unis (19,4%) et le Royaume-Uni (37,1%).

Concernant les contrats dérivés de gré à gré sur taux d'intérêt, le volume journalier a atteint 2700 mrd USD. "Les États-Unis sont devenus le premier centre de négociation de ces dérivés, devançant ainsi le Royaume-Uni", a précisé la BRI dans un communiqué.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."