Bilan

Les marchés financiers entre 1899 et 2014: la Suisse conquérante

En un siècle, le centre de gravité de l'économie mondiale s'est déplacé de l'Europe vers les Etats-Unis, comme le confirme une étude annuelle sur les marchés financiers publiée par Credit Suisse. Mais la Suisse a su tirer son épingle du jeu.
  • En 115 ans, l'économie a été profondément modifiée. Mais comment ces évolutions se sont-elles traduites sur les marchés financiers?

    Crédits: Image: Reuters
  • La Suisse et les Etats-Unis sont deux des pays qui s'en sortent le mieux sur les 115 années écoulées avec une forte augmentation de la puissance financière.

    Crédits: Image: Reuters
  • Les USA ne représentaient que 15% des volumes capitalistiques en 1899, mais sont passés à 52% en 2014.

    Crédits: Image: Keystone
  • Balbutiante en 1899, la puissance financière suisse est montée en puissance au fil du XXe siècle pour représenter 3,1% des volumes mondiaux fin 2014 et se retrouver au 2e rang européen.

    Crédits: Image: Reuters

En 115 ans, l'économie mondiale a sans doute été davantage révolutionnée qu'en plusieurs siècles auparavant. Les économies, largement centrées sur les marchés nationaux et coloniaux, ont vécu deux guerres mondiales, la globalisation, différents systèmes monétaires internationaux, une révolution informatique avec l'apparition du web, plusieurs krachs boursiers,...

Les experts de Credit Suisse se sont penchés sur les marchés financiers à l'aube du XXe siècle et aujourd'hui, comparant les activités et les puissances des bourses et des placements dans les différents pays, secteurs et types de placements, avec une série de focus sur les pays majeurs, dans le cadre de leur étude annuelle Global Investment Returns Yearbook 2015.

Au niveau géographique, ils confirment une tendance connue: le basculement du centre de gravité de l'économie mondiale d'une rive de l'Atlantique vers l'autre. Les Etats-Unis, qui ne représentaient que 15% des volumes échangés sur les marchés financiers en 1899, sont passés à 52% en 2014. Plus de la moitié de l'activité des marchés financiers mondiaux se concentre donc en Amérique du Nord (52% aux USA, 3,3% au Canada). Quant à l'Europe, qui représentait plus de 62% des volumes sur les marchés financiers en 1899 (avec un Royaume-Uni à 25% du montant mondial à lui seul), la chute est sévère: le vieux continent n'atteint même plus la barre des 17%.

Cependant, si la part relative de la plupart des pays européens a chuté en 115 ans, ce n'est pas le cas de la Suisse. Absente des grandes nations pour la puissance capitalistique en 1899, la Confédération est désormais le deuxième pays européen pour la force de son marché financier avec 3,1% des volumes mondiaux, devant la France et l'Allemagne et uniquement devancée par la Grande-Bretagne.

Dans leur analyse pays par pays, les spécialistes de Credit Suisse qualifient notre pays de «havre de paix traditionnel»: «Pour un petit pays représentant 0,1% de la population mondiale et moins de 0,01% de la superficie du globe, la Suisse se bat bien et remporte plusieurs médailles d'or dans le domaine financier». Les experts rappellent aussi que la Suisse est classée au sommet mondial pour la compétitivité et pour la marque Suisse.

Place financière et grands groupes industriels

Pourtant, l'histoire financière suisse ne remonte pas au XXe siècle: la création des bourses de Genève en 1850, de Zurich en 1873 et de Bâle en 1876 ont permis à l'activité financière de disposer très tôt d'une assise stable. D'où un secteur performant à tous points de vue: les actions suisses ont permis d'enregistrer un gain réel de 4,5% depuis 1900 et les obligations publiques fédérales se classent dans le top 4 mondial sur la période avec un gain réel annualisé de 2,3%. Autre record mondial: une inflation limitée à 2,2% par an en moyenne depuis 1900. Ce qui a contribué à faire du franc suisse la monnaie la plus solide sur les 115 dernières années.

Au niveau sectoriel, les auteurs de l'étude notent évidemment la force du secteur bancaire (et spécialement des banques privées, actives depuis plus de 300 ans), mais aussi la pharma (qui représente 36% du marché actions suisse). Les grands groupes internationaux affichant leur pavillon suisse sont mis en avant, avec le trio Novartis-Roche-Nestlé qui représente plus de 50% de la capitalisation boursière suisse actuellement.

Au niveau boursier, la valeur réelle des actions du marché suisse a été multipliée par un facteur 155, tandis que les obligations ont vu leur valeur multipliée par 14,1. Une performance plus que remarquable qui fait de la Suisse l'une des places financières de premier ordre au niveau mondial fin 2014, alors qu'elle était balbutiante en 1899.

«» 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."