Bilan

Les marchés chinois paniquent après les nouvelles mesures d'urgence

La Bourse de Hong Kong finit sur une chute de 5,84% et la Bourse de Shanghai a dévissé de près de 6% après la suspension des échanges sur quelque 1.300 titres.

Les Bourses chinoises ont abandonné plus de 30% en trois semaines, voyant s'envoler quelque 3.200 milliards de dollars en valeur --selon une estimation publiée par Bloomberg--, soit une douzaine de fois le PIB de la Grèce l'an dernier.

Crédits: Reuters

La Bourse de Hong Kong a terminé mercredi en repli de 5,84%, les investisseurs chinois réduisant massivement leurs positions après la suspension de 1.300 titres à Shanghaï et Shenzen dans un climat de panique générale.

L'indice composite Hang Seng des principales valeurs du premier tableau a fini à 23.516,56 points, perdant 1.458,75 points, dans un volume d'affaires particulièrement élevé de 236 milliards de dollars de Hong Kong (27,6 milliards d'euros).

L'indice hongkongais, qui a plongé en séance de plus de 8% - du jamais vu depuis la crise financière de 2008 - enregistre sa plus forte correction à la baisse en clôture depuis le début de l'année.

"Nous n'avons pas l'intention d'intervenir sur le marché", a cependant fait savoir le patron de la Bourse de Hong Kong, Chow Chung-kong. "Nous suivons le marché minute par minute pour nous assurer que le risque est sous contrôle".

La Bourse de Hong Kong, l'une des principales places financières d'Asie avec Singapour, est fortement tributaire des flux internationaux et à ce titre ressent les soubresauts en zone euro.

Mais Hong Kong accueille de nombreuses entreprises chinoises également cotées à Shanghai et se révèle particulièrement exposée à la dégringolade des marchés chinois.


La Bourse de Shanghai a encore dévissé mercredi en clôture, perdant près de 6%, en dépit de nouvelles mesures d'urgence des autorités et de la suspension des échanges sur quelque 1.300 titres à Shanghai et Shenzen.

Les Bourses chinoises ont abandonné plus de 30% en trois semaines, voyant s'envoler quelque 3.200 milliards de dollars en valeur --selon une estimation publiée par Bloomberg--, soit une douzaine de fois le PIB de la Grèce l'an dernier.

Elles paient les excès passés et l'envolée des valeurs de 150% en un an, dopées par un endettement massif sans rapport avec l'économie réelle.

"La débâcle des marchés d'actions chinois s'étend désormais à d'autres, soulevant un mouvement de panique et un resserrement des liquidités", les investisseurs limitant leur exposition ou retirant leur mise en attendant une accalmie, notait Zheng Ge, analyste chez Wanda Futures.

Au milieu de cette débandade générale, le géant chinois de l'énergie Sinopec a annoncé la suspension de ses titres cotés à Hong Kong tandis que ceux de Shanghai continuaient de s'échanger.

Au nombre des plus grandes entreprises chinoises, China Petroleum & Chemical Corporation n'a pas motivé l'interruption de ses échanges à Hong Kong.

Avant la suspension de ses actions de la cote hongkongaise, Sinopec avait publié à Shanghai un communiqué dans lequel il dit s'attendre à un bénéfice multiplié par 11 au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent.

Sinopec avait déjà fait état d'un bénéfice surprise de 2,17 milliards de yuans (394 millions d'euros) sur la période janvier-mars alors que les analystes craignaient une perte.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."