Bilan

Les listings Falciani livrent leurs secrets sur HSBC

Et si l'incitation à la fraude fiscale avait été généralisée chez HSBC? C'est ce que suggère le quotidien français Le Monde qui a eu accès aux listings Falciani et aux documents de l'enquête.

Les fichiers volés par Hervé Falciani chez HSBC Suisse livrent leurs secrets.

Crédits: Image: Reuters

Ils seraient 2956 contribuables français sur les listings dérobés par Hervé Falciani chez HSBC en Suisse. Mais ils présentent des profils très différents. Le quotidien français Le Monde dévoile dans son édition du lundi 27 janvier les coulisses de l'enquête menée par les services de police français sur les données fiscales et bancaires et récupérées par la Direction nationale des enquêtes fiscales (DNEF) et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

D'emblée, Le Monde distingue plusieurs catégories de personnes listées: les personnes ayant régularisé leur situation voici longtemps, les fraudeurs plaidant l'étourderie et ceux qui semblent avoir délibérément voulu cacher des sommes au fisc français. Et, sur les deux listings distincts (mais dont les noms se recoupent parfois), les profils sont très divers: commerçants, chirurgiens, avocats, comédiens, chanteurs, antiquaires, sportifs, égrènent les auteurs.

Une soixantaine de people

Pour le grand public, ils estiment qu'une soixantaine de noms devraient évoquer quelque chose: des people issus du monde du spectacle, du sport ou des affaires. Et c'est auprès d'eux que Gérard Davet et Fabrice Lhomme sont allés chercher des explications sur le phénomène. Avec d'abord des personnalités dont le compte en Suisse était déclaré et les sommes déposées en règle vis-à-vis du fisc: le footballeur Christian Karembeu, les frères Christian et François Picart (fondateurs de la chaîne de restauration Buffalo Grill), et Alain Afflelou figurent dans cette catégorie.

D'autres comme le psychanalyste et chroniqueur télé Gérard Miller, l'avocat Michel Tubiana ou encore Richard Prasquier, ancien président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), expliquent avoir entrepris des démarches de régularisation avant même que les services fiscaux ne les contactent pour l'enquête. Lui aussi dans ce cas, le réalisateur Cédric Klapisch explique que «le fisc m'a contacté au moment où je commençais à régulariser ma situation. Mon père habite en Suisse, il m'avait ouvert un compte à Genève, il n'y avait pas énormément d'argent dessus (NdlR: 247'000€ selon les informations du Monde). Je ne savais pas que c'était illégal. J'ai tout régularisé en 2012, et je n'ai plus d'argent là-bas».

D'autres par contre sont dans le viseur du fisc français pour ces sommes suspectes et n'ont pas souhaité répondre aux journalistes du quotidien français: un footballeur champion du monde en 1998, deux très célèbres acteurs français, un humoriste réputé, un chanteur et une ancienne Miss France. Sans oublier un élu, et pas un petit poisson: l'homme serait sénateur inscrit actuellement sous l'étiquette UDI (centre droit).

HSBC accusée d'avoir agi sciemment

Mais ce que révèlent aussi les auteurs de l'enquête, c'est ce que HSBC réfute depuis le départ: un système largement organisé au sein de la banque pour favoriser l'évasion fiscale et même décourager les vélléités des clients souhaitant se régulariser. Ainsi, l'avocat Laurent Azoulai aurait expliqué aux enquêteurs avoir voulu régulariser ses avoirs en Suisse (près d'un million d'euros) mais s'être heurté à l'hostilité de ses contacts dans la banque. L'un de ceux-ci, selon son témoignage recueilli par les enquêteurs, aurait «tenté avec insistance de (le) dissuader de régulariser: Il m'a dit que c'étaient des documents volés et qu'en essayant de régulariser ma situation, j'allais m'attirer les foudres du fisc français. En un mot, il a essayé de me faire peur».

Gérard Dravet et Fabrice Lhomme affirment, sur la base des documents d'enquête qu'ils ont réussi à se procurer, que cette attitude était communément partagée au sein de l'établissement financier.

Déjà en amont, la fraude semble, selon les auteurs du dossier, avoir été organisée par la banque. Et de citer un passage d'un rapport des enquêteurs: «la banque propose de façon systématique diverses mesures de contournement en vue d'échapper à l'impôt. Pire encore, la banque propose même ses services pour la constitution de la société». Ce qui contredirait la version de HSBC qui a toujours affirmé être étrangère à ces pratiques et n'avoir en rien facilité les démarches frauduleuses de ses clients indélicats.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."