Bilan

Les grandes banques continuent d'améliorer leurs fonds propres

Bien que toutes répondent désormais aux exigences minimales, les grandes banques actives à l'international continuent d'améliorer leurs fonds propres.

La réforme de Bâle III, lancée aux lendemains de la crise financière, vise à renforcer la solidité des banques pour éviter que les contribuables ne soient obligés de voler à leur rescousse comme cela avait été le cas après la faillite de l'établissement américain Lehman Brothers.

Crédits: Keystone

Les grandes banques actives à l'international continuent d'améliorer leurs fonds propres, qui doivent leur permettre de tenir le choc en cas de crise, bien que toutes répondent désormais aux exigences minimales, selon le dernier rapport du comité de Bâle publié mardi.

Ce comité, qui est chargé de définir les règles applicables aux banques dans le cadre de la réforme du secteur dite Bâle III, se livre régulièrement à un examen des réserves de capitaux des banques pour évaluer leurs progrès avant leur mise en oeuvre complète.

Au 31 décembre 2014, le ratio de fonds propres de catégorie 1 des 100 grands établissements passés au crible se situait en moyenne à 11,1%, a indiqué le comité de Bâle dans un communiqué, contre 10,8% six mois plus tôt.

Comme en mars, toutes les grandes banques retenues atteignaient désormais le seuil minimal fixé à 7%, auquel s'ajoute un coussin de liquidités supplémentaires pour les établissements considérés comme trop gros pour faire faillite, tandis que les sommes qui devaient encore être réunies pour atteindre la fraction haute du ratio catégorie 1 s'est encore réduite.

Fin décembre, elles devaient encore lever 6,5 milliards d'euros, contre 18,6 milliards six mois plus tôt. Pour les fonds propres complémentaires, dits Tier 2, les montants à réunir s'élevaient quant à eux à 40,6 milliards d'euros, contre 78,6 milliards auparavant.

Pour mettre ces montants en perspective, le Comité de Bâle a souligné que la somme des bénéfices après impôts mais avant distribution aux actionnaires s'élevait à 228,1 milliards d'euros au sein du panel de banques étudiées.

Le comité de Bâle s'appuyait sur un échantillon de 221 banques, qui incluait 100 grands établissements actifs à l'international pour lesquels le niveau de fonds propres de base est supérieur à 3 milliards d'euros.

Le ratio minimal de fonds propres doit entrer en application le 1er janvier 2019. La réforme de Bâle III, lancée aux lendemains de la crise financière, vise à renforcer la solidité des banques pour éviter que les contribuables ne soient obligés de voler à leur rescousse comme cela avait été le cas après la faillite de l'établissement américain Lehman Brothers.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."