Bilan

Les Genevois affichent les plus faibles revenus disponibles

Vaud et Genève pointent aux 25 et 27ème rangs du pays en termes de revenu réellement disponible. Changer de commune peut cependant permettre de gagner annuellement plusieurs milliers de francs supplémentaires en quelques kilomètres.

Plus de 3000 francs de loyer mensuel pour un quatre pièces dans la majorité des communes genevoises.

Crédits: DR

L’exemple est éclairant. Selon une étude de Credit Suisse publiée mardi, un couple avec deux enfants domicilié à Savigny (VD) et travaillant à Lausanne avec 120 000 francs de revenus bruts et 250 000 francs de fortune, dispose réellement de 37'600 francs annuels, une fois le logement et les charges, le transport, la garde des enfants et les assurances et impôts payés.

S’il déménage de 14 kilomètres à Bussigny (VD), le montant augmente de plus de 8000 francs (22% supplémentaire) à 45'900 francs, particulièrement à cause des frais de garderie ou crèche qui passeraient de 26'000 à 13'000 francs annuels. Une disparité communale marquée, mais qui n’occulte pas la faiblesse générale du revenu disponible sur l’arc lémanique en comparaison nationale.

Plombés par le coût du logement

En effet, le ménage moyen suisse déclare un revenu brut de 121 000 francs, mais conserve 68 000 francs réellement disponibles après les dépenses obligatoires. Le canton de Genève présente la moyenne la plus faible de toute la Suisse, précédé de peu par Bâle Ville, et plus nettement par Vaud.

 

Les cantons urbains souffrent en premier lieu du coût du logement: plus de 3000 francs de loyer mensuel pour un quatre pièces dans la majorité des communes genevoises, contre 1850 en moyenne nationale. Des chiffres élevés que l’on retrouve également en canton de Vaud, tout le long de la Côte et de la Riviera (plus de 2300 francs), mais également dans les agglomérations de Bâle et Zurich, ainsi que dans les zones touristiques des Alpes valaisannes.

En revanche, dès le Nord-Lausannois, les prix du logement baissent significativement. Neuchâtel, Jura, Mittelland et Suisse centrale proposent des loyers deux à trois fois inférieurs à l’arc lémanique à habitat équivalent.  

L’attractivité fiscale fait la différence

L’écart entre cantons se creuse encore d’avantage avec les inégalités face à l’impôt. Toute la Suisse romande, ainsi que Berne Bâle et Soleure, affichent une imposition supérieure à la moyenne, quant au contraire, Uri et Glaris l- es deux cantons où le revenu moyen réellement disponible est le plus haut du pays - offrent une attractivité fiscale élevée.

Sara Carnazzi, coresponsable de l’étude pour Credit Suisse, rappelle l’importance des facteurs sociaux historiques pour expliquer ces divergences: «La Suisse alémanique, en particulier Schwyz ou Zug, se sont engagés depuis longtemps dans une compétition fiscale. Les cantons romands, où le poids de l’Etat est plus important et les prestations sociales plus généreuses, sont restés plus longtemps à l’écart de cette compétition, et même aujourd’hui, ne disposent pas toujours de marge de manœuvre compte-tenu des finances publiques. De plus, certaines régions, comme l’arc lémanique, ont peut-être moins besoin d’une fiscalité basse pour être attractive pour les ménages.»

Pour les familles romandes toutefois, un point positif: le coût de la garde des enfants, moins élevé qu’outre-Sarine. Avec des frais de crèches de 20'000 à 30'000 francs pour 80'000 de revenus (deux jours de garde par semaine), Uri apparaît cinq fois plus cher que le Jura, Neuchâtel ou Berne sur ce critère. Une donnée qui ne suffit pas à priver le canton de sa palme du plus haut niveau de revenu réellement disponible en Suisse, mais qui ne favorise pas l’emploi féminin. En conséquence, seules 26% des Uranaises travaillent à plein temps.

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."