Bilan

Les experts de l'économie approuvent le choix de la BNS

Interrogés sur le choix de la BNS d'abandonner le taux plancher, banquiers et experts mondiaux de la finance réunis à Davos approuvent le choix de l'institution fédérale.

Axel Weber, chairman d'UBS Group, a appuyé la décision de la BNS d'abandonner le taux plancher en expliquant qu'il s'agit de «la bonne décision».

Crédits: Image: World Economic Forum

Depuis que la BNS a annoncé la fin de sa politique de taux plancher entre le franc et l'euro, jeudi 15 janvier, de nombreux acteurs de l'économie suisse, CEOs de grands groupes ou patrons de PME, attaquent la décision de la banque centrale, critiquant l'impact de ce choix sur leurs résultats à venir, avec la baisse prévisible de leurs exportations.

Depuis près d'une semaine, le président du directoire de la BNS, Thomas Jordan, et ses adjoints, passent une bonne partie de leur temps à justifier et expliquer leur décision. Ces dernières heures, ils ont reçu le soutien de nombreux experts du monde de la finance, réunis à Davos pour le World Economic Forum (WEF).

Premier à dégainer: Axel Weber. Le chairman d'UBS Group a expliqué mercredi matin que la BNS «a fait le bon choix». Il a résumé sa position par une formule imagée: «Mieux vaut la fin avec un choc que des chocs sans fin». Certes, il est conscient que ce choix «aura un impact important sur l'économie suisse cette année», mais il ne s'attend pas à une hausse sans fin de la devise helvétique: «Je pense qu'il y aura un renversement de la tendance observée ces derniers jours sur les marchés (...). Je suis confiant dans le fait qu'une fois l'onde de choc passée, nous reviendrons à un taux de change plus normal pour la Suisse».

Même son de cloche du côté d'Anshu Jain, co-CEO de la Deutsche Bank, pour qui le choix de la BNS «prouve que les banques peuvent encore composer avec les marchés importants sans provoquer d'effondrement».

 

De l'autre côté de l'Atlantique, le chairman et CEO de Bank of America, Brian T. Moynihan, approuve lui aussi le choix mais s'attarde davantage sur la hausse brutale du franc face à l'euro dans les heures qui ont suivi l'annonce: «Quand on doit soudainement rejoindre l'économie réelle, le mouvement est plus important et brutal que si on l'a suivie et accompagnée».

Globalement, cette approbation domine dans les allées du WEF, auprès de la plupart des experts. Entre «choix courageux mais responsable» et «décision inéluctable», peu de voix s'élèvent pour remettre en cause la décision.

La plupart des experts relatent aussi l'annonce et son impact dans leur entourage. Brian T. Moynihan revient ainsi sur les réactions entendues autour de lui quand il a appris à son réveil (avec le décalage horaire), le choix de la BNS: «Tout le monde pensait à une blague».

Reste que la Suisse se retrouve dans une situation inhabituelle avec cette décision. Traditionnellement hôte discrète du Forum de Davos, elle est cette année au coeur des discussions. Un cas de figure qui tranche avec les précédentes éditions du WEF.

 

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."