Bilan

Les ETF, un marché qui se spécialise

La tendance est à la thématisation des ETF: durables, cybersécurité, silver économie...

La tendance est à la thématisation des ETF: durables, cybersécurité, silver économie...

 

Crédits: Spencer Platt/Getty Images

Le marché mondial des exchange trade funds devrait doubler entre  2015 et  2020. En Europe, ils représentent déjà plus de 730  milliards de dollars. Corollaires de l’essor de la gestion passive, les actifs investis dans les ETF (exchange trade funds) et les ETP (exchange traded products) européens ont augmenté de près de 30% depuis le début de l’année. Malgré un ralentissement à la fin de l’été, ces produits enregistraient leur 35e mois d’afflux positifs en août, d’après le consultant spécialisé ETFGI. Ils représentent désormais plus de 730  milliards de dollars en Europe.

Lire aussi: Trading en ligne: quelle plateforme choisir?

Le CEO d’ETF Securities, Mark Weeks, rencontré à Londres, rappelle que le marché mondial des ETF devrait doubler entre  2015 et  2020. «Il y a cependant de grandes barrières à l’entrée désormais. Si en 2006, plus de 80% des ETF atteignaient plus de 100  millions la première année, dix ans après, ils ne sont que 15%.» 

C’est peu dire que le marché est concentré. L’émetteur iShares (BlackRock) se taille la part du lion en Europe, avec environ la moitié des actifs sous gestion. 2017 n’a pas fait exception puisqu’il a enregistré les plus gros afflux avec 26  milliards de dollars, suivi par UBS ETFs pour près de 10  milliards, et Lyxor (Société Générale) avec 8,8  milliards.  

L’essor des ETF thématiques

Si les ETF répliquant un indice existant restent majoritaires, la tendance est à la «thématisation». ETF durables, cybersécurité, vieillissement de population, etc. Ils rappellent l’essor des fonds d’investissement thématiques avant eux. 

Surtout connu pour ses ETF sur les matières premières, en particulier un blockbuster sur l’or physique, ETF Securities s’inscrit aussi dans cette tendance. Notamment via l’ETF ROBO-Global, lancé fin 2014 et premier du genre sur la robotique en Europe. Un véritable succès puisqu’il atteint 670  millions de dollars sous gestion fin septembre, avec une performance de plus de 35% sur un an. Howie Li a participé à la création de cet ETF. «Il n’y avait pas de base de données des sociétés actives dans la robotique, nous avons dû construire de zéro et entamer un partenariat avec le créateur d’indices Robo-Stox.» L’indice comprend aujourd’hui 12 sous-secteurs, comme la robotique pure, les senseurs, l’intelligence artificielle, etc.

Et les contributeurs à la performance ne sont pas forcément ceux que l’on imagine. «En tête, on retrouve surtout des entreprises de logistique, qui se démarquent dans la robotisation. Il y a également l’agriculture, via notamment certaines entreprises développant des drones et des logiciels pour gérer très finement les cultures», ajoute Howie Li. 

Des plateformes pour comparer les ETF 

Face au boom des ETF, des acteurs se profilent pour aider les investisseurs à faire leur choix. A première vue, rien ne ressemble plus à un ETF sur le S&P 500… qu’un autre ETF sur le SP& 500. C’est pourtant loin d’être le cas. «Entre le pire et le meilleur ETF sur le marché américain, il y a une différence de 0,85%. Pour les marchés émergents, c’est même plus de 1%», indique Jean-René Giraud, CEO de TrackInsight. La plateforme spécialisée dans la comparaison des ETF connaît un succès grandissant.

«Nous sommes les seuls à pouvoir proposer une analyse aussi fine sur la quasi-totalité du marché mondial, soit plus de 5000 ETF. Nous réalisons un grand travail d’homogénéisation des données au niveau des performances, des dividendes, des effets devises, des frais ou encore de la qualité de réplication dans la durée.» 

Pour Jean-René Giraud, regarder isolément les frais de gestion d’un émetteur n’est pas suffisant. Il constate aussi une certaine dispersion: «Ce n’est pas parce qu’un émetteur est bon dans la réplication d’un grand indice action qu’il sera bon sur du smart beta.» La plateforme TrackInsight compte aujourd’hui plus de 6500 utilisateurs.

Lire aussi: Faut-il fuir l’or pour acheter des bitcoins?

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."